Pourquoi vous allez adorer jouer à ces jeux politiquement incorrects à Noël

Famille
DirectLCI
NO LIMIT - A six semaines de Noël, les catalogues de jouets ont déjà fait leur apparition dans les boîtes aux lettres, et il est temps de faire son choix. Alors que les jeux de société ont le vent en poupe cette année, pourquoi ne pas s'affranchir des règles habituelles et jouer la transgression le temps d'une partie ?

Peut-on rire de tout ? Assurément, si l'on en croît la déferlante de jeux "non politiquement corrects" qui ont envahi les rayons des magasins de jouets. Des jeux, destinés aux plus grands (8 ans et plus), qui vont pouvoir se livrer, le temps d'une partie, à une impertinence momentanément acceptable. C'est sans doute ce petit frisson "légalisé" qui peut expliquer le succès des jeux transgressifs depuis plusieurs années.  Et le prochain Noël ne fera pas exception...


"Le jeu est un espace qui n'est pas du tout 'politiquement correct' à la base. Il est même souvent teinté de sadisme chez l'enfant", explique à LCI le pédopsychiatre Michaël Stora. "Regardez un des grands plaisirs de n'importe quel enfant lorsqu'il construit une grande tour en Lego, c'est quand même de la détruire ! C'est souvent un espace de mise en scène des pulsions agressives, un espace de récréation dans l'idée d'une re-création de ses tensions, de ses frustrations", analyse-t-il.

Des jeux d'association limite-limite

A ce sujet, l'un des premiers jeux transgressifs à s'être illustré en 2016, et qui depuis, ne cesse d'être plébiscité, c'est Blanc Manger Coco. Un jeu d'apéro qui appuie là où ça fait mal, c'est-à-dire sur nos plus bas instincts. La règle est simple, il s'agit de compléter une phrase à trou avec des mots absurdes, incongrus, souvent en dessous de la ceinture, parfois de mauvais goût. Plus vous franchissez la ligne jaune, plus vous avez de chances de gagner. Et si vous pensiez avoir l'esprit mal tourné, vous allez peut-être vous apercevoir que vous êtes finalement une oie blanche. Ainsi, parmi les propositions suivantes : "l'orgasme total", "le botox" ou "traiter les femmes avec respect". A vous de choisir laquelle irait le mieux compléter la carte  : «----, c'est comme pour tout, il y a la théorie, et la pratique". Ou encore, à la phrase "la fin justifie ----", vous risquez de marquer des points si vous répondez "le trafic d'organes"...


Blanc Manger Coco - "La Recave" (First Editions) - A partir de 16 ans. Prix : 14,95 €


A noter que la maison d'édition a jugé nécessaire de prévenir certains esprits grincheux : "Vous l'aurez compris, ce jeu de société est un  jeu potache, écrit-elle. Il n'y a pas de message caché derrière les cartes. Nous ne souhaitons offenser personne et les associations incongrues, parfois abjectes ou absurdes (...) n'ont d'autres but que celui de faire rire les participants".

Autre jeu irrévérencieux, Quand Mèmes joue sur les "mèmes", ces associations images décalées/textes humoristiques qui font la pluie et le beau temps sur Internet. Chaque joueur a 6 cartes comportant des phrases à base de "quand… ". Exemple : "Quand tu es en couple mais que tu as un coup de foudre toutes les 10 mn", ou encore "Quand tu essayes de te concentrer sur ton travail mais que tu ouvres accidentellement Facebook". Le but du jeu est d'y associer l'image la plus improbable possible. Bien sûr, plus elle sera décalée, mieux ce sera.


Quand Mèmes (Asmodée) - A partir de 16 ans. Prix : 26,99 €

Quelle est la pire chose qui pourrait vous arriver ? Être frappé par la foudre ou apprendre que votre compagnon est votre cousin germain ? Dans un autre registre, tout aussi transgressif, le jeu Shit Happens vous met face aux pires situations qui soient. A vous de les classer correctement sur une échelle virtuelle graduée de 0 à 100, le shit’O’mètre. L'indice 1 équivalent à un "même pas mal" (exemple : marcher dans une merde de chien) quand 100 correspond plutôt à un "mais qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour avoir un Karma aussi pourri ??" (exemple, crash d'avion dans les Andes... Tu es obligé de manger tes amis pour survivre). Si vous estimez le bon degré de galère des cartes, vous les gagnez. Le premier joueur à en aligner 10 remporte la partie. 


Shit Happens (Goliath) - A partir de 18 ans. Prix : 14,99 €

Quand tricher devient la règle

Autre type de transgression, la triche servie sur un plateau. Une aubaine pour tous les mauvais joueurs en puissance qui vont pouvoir mettre à mal toutes les règles lorsqu'ils sont en train de perdre. "Et dieu sait qu'ils sont nombreux", renchérit Michaël Stora. "Comme l'expliquait le psychanalyste britannique Winnicott, le jeu, c'est du play et du game. Le play c'est le plaisir de jouer et le game c'est l'enjeu. Mais certaines personnes vont surinvestir le game. Pour eux, la vie c'est perdre ou gagner", explique-t-il. 


Oui mais voilà, le plaisir est-il toujours le même quand tricher devient la règle ? Les concepteurs du Monopoly ont ainsi décidé de lancer une nouvelle version de ce jeu mythique - 1 million d'exemplaires vendu chaque année en France. 40 à 50 millions dans le monde - faisant la part belle aux tricheurs. Le déclic ? Une enquête menée sur Facebook révélant que près de la moitié des joueurs de Monopoly tentent de tricher pendant une partie. "Mais dans la réalité c'est beaucoup plus", révèle à LCI Pierre François Periquet, chef de produit chez Hasbro. "Car les joueurs se sont toujours appropriés les règles. Regardez le Parc Gratuit, certains malins ont trouvé plus amusant d'y mettre de l'argent rendant cette case cent fois plus attractive, alors que normalement il ne doit rien s'y passer. Résultat, avec cette nouvelle édition, on a décidé que le meilleur des tricheurs devait gagner". 

Quand on est pris par la partie et la nature du jeu, on se révèle méticuleux, à cheval sur les règles... En fait, toutes les barrières sautent. On se montre sous son vrai jour.Pierre-François Periquet, concepteur du Monopoly Edition Tricheurs

Le principe du jeu, immuable depuis sa création en 1935, reste le même : devenir le plus riche possible en achetant des rues pour y construire des hôtels et en collecter les loyers. Mais avant d'en arriver là, les joueurs sont encouragés à enfreindre toutes les règles grâce à 15 cartes représentant les arnaques les plus communes tentées par les joueurs, comme sauter une case, changer un hôtel de place ou voler quelques billets... 


Si la supercherie n'est pas révélée avant la fin d'un tour, le "tricheur" gagne un hôtel ou de l'argent. Mais s'il est pris la main dans le sac, il va directement en prison où l'attendent des menottes en plastique attachées au plateau. Autre nouveauté, il n'y a plus de banquier désigné. Chaque joueur est responsable du magot lorsque vient son tour, "ce qui facilite évidemment les tricheries", selon Pierre-François Periquet. "On encadre la triche et c'est une soupape, poursuit-il. C'est un peu : 'montre moi comment tu joues et je te dirai qui tu es'. En fait, toutes les barrières sautent. On se montre sous son vrai jour".


Le pédopsychiatre Michaël Stora se veut un peu plus mesuré : "Le fait qu'un jeu organise lui-même la transgression, c'est du même acabit que les sites de rencontre pour gens infidèles. Je trouve que c'est un principe qui n'est pas très clair, notamment dans le plaisir que pourraient avoir les gens à transgresser. C'est plus amusant d'inventer soi-même ce que l'on a envie de dépasser", souligne-t-il. "En même temps, découvrir que papa est mauvais joueur ou que maman triche, en résumé que ses parents sont faillibles, c'est une manière intéressante de permettre à l'enfant de se construire aussi dans la désillusion". 

 

Monopoly Edition Tricheurs (Hasbro) - A partir de 8 ans. Prix : 21,99 €. Inclus : menottes pour les mauvais tricheurs et 15 cartes spéciales "triche".

Objectif : être le plus malheureux possible

Dans un autre genre, beaucoup plus noir... Avec Gloom Munchkin, un jeu de cartes morbide et mortel, les joueurs sont invités à faire vivre une vie misérable à leur personnage. Le but : leur infliger les plus effroyables tragédies jusqu'à ce qu'ils n'aient plus aucune estime d'eux mêmes et... qu'ils en meurent ! Mais dans le même temps, vos adversaires vont tout faire pour que la vie de vos "antihéros" soit ponctuée d'événements positifs et de coups de chance, histoire de vous empêcher d'arriver à cette issue funeste. 


Gloom Munchkin (Asmodée) - A partir de 14 ans. Prix : 26,90 €

"Voilà un concept tout à fait intéressant", se réjouit Michaël Stora. "On sait à quel point la tyrannie de l'idéal est une pression insidieuse qui s'immisce dans notre manière d'être avec nos enfants, en couple... Pour y faire face, une des armes les plus intéressantes, c'est justement le second degré, l'auto-ironie. Je trouve donc très bien de pouvoir jouer sur le malheur affiché plutôt que sur l'éternel bonheur, une valeur qui nous emmerde au bout du compte, qui nous tyrannise. Pour résumer, je pense que tous ces jeux transgressifs sont un bon exutoire, un espace de mise en scène de soi, de notre capacité à exprimer nos ambivalences, nos pulsions agressives. Je crois qu'en soi, l'espace du jeu est nécessaire", conclut-il.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter