La fin des vacances, période à risque pour les divorces

La fin des vacances, période à risque pour les divorces

DirectLCI
DIVORCE - Une étude américaine présentée au Congrès annuel de l'Association américaine de sociologie (ASA) met en lumière "une saisonnalité des divorces", avec un pic enregistré pour les mois de mars et la fin des vacances d'été. Les sociologues avancent une corrélation entre la fin des vacances et la décision de se séparer.

Quoi de mieux qu’une mise au vert pour une mise au point ? A en croire une étude américaine, la formule vaut son pesant de vérité, notamment pour les couples qui battent de l'aile depuis un petit moment. "Ils ont tendance à accroître leurs espoirs à l’approche des vacances, malgré les déceptions qu’ils ont vécues au cours des ans", explique Julie Brines. Las, l'enquête menée par cette sociologue spécialiste de la division du travail et des rapports économiques familiaux, vient doucher quelques espoirs.


« On profite des vacances pour mûrir son divorce »

Selon une compilation de dépôts de divorces obtenus entre 2001 et 2015 dans l’Etat de Washington, le résultat de l’étude est sans appel : les demandes de divorces sont plus fréquentes en mars et en août, à l'issue des vacances d'été. "Une saisonnalité des saisons" en partie expliquée par les déceptions rencontrées respectivement lors des vacances de Noel ou d’été, des moments où le couple est pourtant censé se retrouver. Mais le scénario est parfois tout autre. "Dans la spirale du quotidien, on se voit finalement assez peu. Même le week-end, on est occupé avec les enfants, les dîners entre amis. Mais en vacances, le couple est confronté à lui-même et ne peut que constater ce qui ne va pas", décrypte le psychologue Gilles Azzopardi auprès du Parisien



Interrogé également par le Parisien, Florent Berdeaux-Gacogne, avocat spécialiste en droit de la famille, abonde dans le même sens : "on profite aussi des vacances pour mûrir son divorce, discuter des modalités lorsque les époux s'entendent. "


Minimiser l'impact sur les enfants

L’étude américaine admet pourtant que divorcer après les vacances semblent " inapproprié". Alors comment expliquer pareil phénomène dans le sillage des vacances d’été ? "Les couples aimeraient parfois plus de temps pour régler les questions financières, se faire à l'idée. Mais le calendrier scolaire accélère souvent le processus", souligne l'étude. Le site Slate avance une autre explication : « Il vaut mieux que la paperasserie soit réglée le plus vite possible avant la rentrée des classes, histoire de minimiser l'impact sur les enfants". Julie Brienes rappelle enfin toute la difficulté émtionnelle de la démarche. "Le dépôt de divorce est un grand pas."

Plus d'articles

Sur le même sujet