La peur de devenir pauvre un jour très répandue chez les enfants français selon un sondage

Famille

LUCIDITÉ - Selon une étude Ipsos menée pour le Secours Populaire, 62% des enfants âgés de 8 à 14 ans ont peur de tomber dans la précarité. Une angoisse qui exprime une prise de conscience du monde qui les entoure.

On a tendance à penser que les enfants vivent dans l'insouciance et ne se préoccupent pas de leur futur. Balivernes : dans un contexte où l'inquiétude pour l’avenir grandit, et en dépit de leur jeune âge, plus de 6 enfants sur 10 âgés entre 8 et 14 ans avouent avoir peur de devenir pauvres dans un sondage réalisé par l'Ipsos pour le Secours Populaire. Des craintes qui, dans l'inconscient collectif, seraient plus susceptibles de toucher des adultes.

En 2015, les enfants de cette même tranche d'âge étaient 58% à ressentir cette peur. Soit quatre points de moins que dans la nouvelle enquête dévoilée ce jeudi : "La pauvreté est de plus en plus perçue comme une situation proche de leur quotidien", note Etienne Mercier, de l'institut Ipsos.

Dans cette même étude, d'autres chiffres se révèlent non moins édifiants : 32% n'ont pas cette peur et 6% d’entre eux affirment se sentir déjà en situation de précarité. Par ailleurs, 51% des enfants interrogés trouvent qu'il y a beaucoup de pauvres en France et 82 % des 8-14 ans ont conscience que "vivre dans la rue" est le premier marqueur de la pauvreté. En revanche, à plus grande échelle, leur perception de la pauvreté dans le monde diminue sensiblement. Ils sont 78% à trouver qu'il y a "beaucoup de pauvres" sur la planète, contre 88% en 2015. 

Voir aussi

De la conscience doublée de compassion

Ce que révèle l'étude en filigrane, c'est à quel point les enfants restent compassionnels : 56 % des enfants sondés identifient des personnes pauvres à l’école ou dans tout autre établissement scolaire, et 49 % dans leur quartier. 90% des enfants pensent qu'on pourrait en faire beaucoup plus pour aider les personnes en difficulté financière. 82% souhaiteraient d'ailleurs agir pour leur venir en aide, globalement perçue comme "injuste". 

A ce sujet, 74% des petits Français disent avoir déjà donné des vêtements ou des jeux dont ils ne se servent plus. 45% affirment avoir déjà donné une pièce de monnaie à une personne dans la rue. Enfin, 63% des enfants interrogés seraient prêts à emmener avec eux un copain qui ne pourrait pas partir en vacances. "Le besoin de s’engager, d’être bénévole, est bien présent. Ce qui relativise les cris d’alarme entendus en début d’année sur la baisse de la générosité", a commenté Christian Causse, membre du Bureau national du Secours populaire.

*L’enquête a été conduite selon la méthode des quotas par téléphone, du 24 au 29 mai, auprès d’un échantillon représentatif de 1008 personnes âgées de 16 ans et plus. Il est enrichi cette année par une enquête spécifique conduite par Internet, du 28 mai au 3 juin, auprès de 510 enfants âgés de 8 à 14 ans (comme en 2012 et 2015).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter