Le clitoris grand absent des manuels scolaires : de Karine Le Marchand à la chanteuse Angèle, des célébrités appellent à sa "reconnaissance"

Famille
DirectLCI
MÉCONNAISSANCE - Dans une tribune publiée jeudi dans Le Monde, Lio, Daphné Burki, Bruno Solo, Lisa Azuelos, Karine Le Marchand et bien d'autres appellent le gouvernement à lutter contre "l'analphabétisme sexuel" et notamment l'ignorance autour de l'orgasme sexuel féminin.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. A 15 ans, 25% des filles ne savent pas qu'elles ont un clitoris, et 83% ne connaissent pas sa véritable fonction, selon un rapport sur l’éducation sexuelle rendu public en juin 2016 par le Haut Conseil à l’égalité. Une réalité que dénoncent dans une tribune parue jeudi après-midi dans Le Monde de nombreuses personnalités comme les chanteuses Lio, Angèle et Clara Luciani, la réalisatrice Lisa Azuelos, la présentatrice télé Karine Le Marchand ou encore l'humoriste Bruno Solo. 


La faute à une méconnaissance du corps de la femme, mal enseigné à l'école : "En 2019, seul un manuel de sciences de la vie et de la Terre (SVT) - celui des éditions Magnard - sur huit représente correctement le clitoris. Les sept autres éditeurs ont conservé leurs dessins erronés", peut-on lire dans cette tribune. Une aberration pour ces personnalités qui se mobilisent pour "mettre sur un pied d’égalité les sexualités masculines et féminines". 

"En France, le corps de la femme n'est jamais, ou très rarement, représenté intégralement et correctement par les outils éducatifs à disposition des enseignants"Extrait de la tribune publiée dans Le Monde

Les signataires appellent le gouvernement à agir : "Nous demandons officiellement à Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, ainsi qu’à Monsieur Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale, que l’anatomie du clitoris soit fidèlement représentée, comme un organe faisant partie intégrante de l’appareil génital féminin, et ce dans tous les  manuels scolaires de SVT". Parallèlement, une pétition a été lancée dans ce sens sur change.org et regroupe déjà plus de 37.000 signatures. 

L'autre problème de cette méconnaissance du clitoris et de sa fonction, c'est l'ignorance de l'orgasme féminin : "Penser que le vagin est l'homologue du pénis, et non le clitoris, c'est se tromper au point de croire que les femmes sont dépourvues d'un organe de plaisir", estiment les signataires du texte publié par Le Monde


"Parler du clitoris et de plaisir féminin s'inscrit aussi dans une lutte contre la culture du viol", souligne par ailleurs la tribune. "En faisant du plaisir féminin un tabou (...) on alimente la représentation d’un plaisir masculin prédominant".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter