Le surdoué belge de 9 ans ne battra pas le record du plus jeune diplômé universitaire au monde 

Le surdoué belge de 9 ans ne battra pas le record du plus jeune diplômé universitaire au monde 

PAUSE - Fin de la belle histoire pour le jeune Belge en passe de décrocher sa licence en génie électrique à l'âge de 9 ans ? L'enfant surdoué a quitté l'université néerlandaise où il était inscrit, ont fait savoir ses parents. En cause, un conflit d'emploi du temps avec l'établissement. Mais il a déjà trouvé un autre point de chute.

À l’âge de 9 ans, il était en passe d'obtenir sa licence en génie électrique à l'université d'Eindhoven, aux Pays-Bas, devenant par la même occasion le plus jeune diplômé universitaire du monde. Finalement, il ne devrait pas pulvériser ce record détenu depuis 25 ans par un Américain, Michael Kearney, diplômé de l'Université de l'Alabama à l'âge de dix ans. La faute à un différend avec son établissement qui a stoppé net cette ascension fulgurante. 

Laurent Simons, le jeune surdoué belge n'étudiera plus ici, ont fait savoir mardi ses parents dans plusieurs médias belges. "Nous avons pris la décision après une entrevue avec le recteur", a expliqué Alexander, le père du jeune surdoué. En cause, "un conflit portant sur la date d'obtention du diplôme du jeune garçon, l'université souhaitant reporter sa remise qui devait se dérouler initialement fin décembre", a-t-il précisé auprès de LCI. 

Lire aussi

"Un calendrier extrêmement rapide"

"Laurent est un garçon au talent sans précédent, dont le rythme d'étude est exceptionnel. Cependant, l'université ne considère pas cette date de fin ciblée comme réalisable compte tenu du nombre d'examens que Laurent aurait dû passer avant son dixième anniversaire, le 26 décembre", a de son côté indiqué l'université dans un communiqué. L'établissement explique également avoir proposé aux parents un emploi du temps qui aurait permis à Laurent de finir ses études d'ici la mi-2020, ce qui aurait "toujours été, à tous égards, un calendrier extrêmement rapide", souligne-t-elle. 

Mais les parents ne l'ont pas entendu ainsi. Pour eux, cette "étrange volte-face", selon les propres dires du père, serait plutôt la conséquence de leur décision de déménager aux Etats-Unis. Et pour appuyer leur propos, ils mettent en avant un e-mail du directeur en génie électrique de l'université d'Eindhoven, reçu mi-novembre, dans lequel il leur confirmait que le jeune garçon avait toutes les chances de terminer son programme comme prévu d'ici la fin de l'année.

Né d'un père belge et d'une mère néerlandaise, Laurent Simons était entré à l'école primaire à l'âge de quatre ans. Quatre ans plus tard, il obtenait son baccalauréat et commençait brillamment des études universitaires. Contraint de faire une pause, gageons qu'il n'en restera pas là : ses parents ont d'ores et déjà annoncé à la télévision néerlandaise que leur fils allait étudier dans la "meilleure université du monde" aux Etats-Unis. Ils n'ont toutefois pas précisé de quelle université il s'agissait. Son père a tout de même dévoilé qu'il suivrait des études scientifiques.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Confinement assoupli : "On peut avoir confiance dans la capacité de rebond de notre économie", déclare Elisabeth Borne

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter