Les couches, d'abord une affaire de maman ? Un sondage l'affirme... mais les pères diront le contraire

Famille
DirectLCI
MONOPOLE - Indissociables des premières années de la vie de bébé, la couche est forcément au centre des attentions de tous les parents. Et même si les pères revendiquent depuis plusieurs années d'être, eux aussi, les rois du change, un sondage vient - quelque peu - le remettre en question.

Changer les couches, encore une affaire de femmes ? Il était clair pourtant que depuis quelques années, les papas modernes avaient décidé d'être sur un pied d'égalité avec leur partenaire en ce qui concerne les couches ou les réveils nocturnes. Et bien, cette idée est quelque peu battue en brèche par un sondage, mené par Tiniloo, une box à destination des futures mamans, auprès de 1200 parents.


Premier constat, l’achat des couches est une histoire de famille gérée principalement par les mamans : en effet, même si dans 23,3 % des cas il est fait par l’un ou l’autre des parents, presque 3 fois sur 4, c’est maman qui s’en charge. Un achat qui va se répéter régulièrement puisque, selon l'Anses, un enfant portera 4000 couches au cours des trois premières années de sa vie.

Les mamans championnes du change

Concernant le change, même si ce sondage confirme que les tâches sont mieux partagées, les mamans restent (encore) les championnes (dans 57,6 % des cas, ce sont elles qui changent bébé). Toutefois, la parfaite égalité entre papa et maman est quand même partagée par 41,5 % des personnes interrogées.

Sauf que si les pères s’occupent davantage des enfants qu’il y a 20 ans, les mères demeurent les premières responsables de l’organisation familiale. Il n'y a qu'à voir avec les courses : les hommes les font de plus en plus mais ce sont bien souvent les femmes qui en dressent la liste. Quant au changement de couche, il semblerait que les pères aient une préférence pour la petite commission, une histoire d'odeur certainement. Et cette réalité est régulièrement épinglée par les réseaux sociaux...

Fais ton possible, et garde celle-là propre, jusqu'à ce que maman rentre à la maison.Un père au bord de l'évanouissement

Que dire, par ailleurs, de cette vidéo devenue virale, dévoilée en 2015 par le Daily Mail, montrant un père australien au bord de la syncope alors qu'il doit changer la couche pleine de son bébé ? Cette dernière étant, de toute évidence, extrêmement odorante, il éloigne son visage, se retient de vomir à plusieurs reprises, avant d'arriver péniblement au bout de son épreuve. Le tout, sous le regard imperturbable et bien sage de sa petite fille. "Fais ton possible, et garde celle-là propre, jusqu'à ce que maman rentre à la maison", lui lance-t-il en guise de conclusion.

Pas de table à langer dans les toilettes pour hommes

Pour autant, soyons honnête, tout n'est pas toujours fait pour donner envie à ces messieurs de changer une couche. Comme en témoigne un internaute, il n'y a qu'à voir, par exemple, les pictogrammes devant les toilettes dans les aéroports. C'est toujours un personnage féminin qui y est représenté pour changer bébé. Pas de quoi stimuler leur amour de la chose !

Une situation dénoncée d'ailleurs par un papa américain en septembre dernier. Donte Palmer avait publié sur Instagram un cliché de lui en train de changer sur ses genoux la couche de son enfant dans les toilettes d'un restaurant. Faisant remarquer de cette façon qu'il n'y avait jamais de tables à langer dans les toilettes pour hommes des lieux publics. "Nous n'avons pas de tables à langer dans nos toilettes, comme si nous n'existions pas. Nous devons régler ce problème", s'était-il indigné.

Son message, partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux, avait fait réagir des dizaines d'autres pères de famille, qui ont posté à leur tour des photos d'eux en train de changer les couches de leur enfant dans des positions inconfortables. Un hashtag, Squat For Change ("Accroupissez-vous pour le changement") avait même été lancé. Résultat, depuis le 1er janvier, à New York, les tables à langer dans les sanitaires pour hommes sont obligatoires. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter