Quelles célébrités ont, comme Luke Perry avec Dylan, lancé une mode de prénoms en France ?

Famille
DirectLCI
SAY MY NAME - Le prénom du beau gosse incarné par le regretté Luke Perry dans la série "Beverly Hills 90210" a inspiré de nombreux parents dans les années 90. Une tendance qui ne date pas d'hier...

Vous connaissez peut-être des Brandon et des Brenda autour de vous... Ne cherchez pas plus loin là où leurs parents ont pioché leur inspiration : la réponse se trouve dans Beverly Hills 90210, la teen-série-phénomène des années 90. 


Le personnage de Dylan McKay, incarné par Luke Perry, décédé des suites d'un AVC en début de semaine, y a particulièrement marqué. Et force est de constater que ce prénom a eu le vent en poupe dans l'Hexagone...

Si le premier Dylan est né en 1971 en France, seuls 328 garçons nés en 1990 portaient ce prénom. Puis, entre 1993 et 1994, le nombre de Dylan est passé de 1665 à 4637, avec un pic en 1996 avec pas moins de 6917 naissances en France. 

"Brandon", "Brenda", "Angel"... également baptisés

Outre Dylan, Brandon et Brenda ne sont pas en reste. Selon le site dataddict, qui recense chaque prénom de nouveau-né année par année dans notre beau pays, on compte 1327 bébés Brandon en 1995, 646 Brenda la même année. Sans oublier 1267 Kelly !


Preuve supplémentaire de l'influence de cette série américaine sur le choix des prénoms en France... et d'une américanisation décomplexée. Merci également à ce propos à Macaulay Culkin et à son personnage de "Maman, j'ai raté l'avion", ainsi qu'au succès de Kevin Costner dans "Danse avec les loups" : en 1991, plus de 14.000 Kevin ont déferlé dans les maternités françaises !

Autre exemple de série ayant connu son moment de gloire : Buffy contre les vampires. Si l'on ne compte pas de Buffy (le prénom n'est pas recensé), on note 286 Angel en 2002.

Les stars et les héros, "influenceurs" de toujours

Mais la manière dont les prénoms des stars et/ou des héros du petit écran ont pu influencer les futurs parents ne date pas à Beverly Hills ou Buffy contre les vampires. Il faut remonter plus tôt, du temps où la môme Edith Piaf donnait à voir la vie en rose (1602 naissances en 1950) ou, encore plus probant, dans les années 60, quand la série Thierry La Fronde connaît un véritable raz-de-marée en France. Résultat, plus de 25.000 Thierry nés en 1963.

Mais il n'y a pas que les héros de série télé qui marquent leur temps. Les enfants de stars se révèlent, eux aussi, de parfaits véhicules pour promouvoir un prénom après leur naissance. Laura (prénom de Laura Smet, la fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye) et Lily-Rose (prénom de Lily-Rose Depp, fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp) ont ainsi été attribués respectivement plus de 9000 fois en 1986 et près de 500 en 2010) 

Quand ce ne sont pas les (jeunes) stars qui inspirent les parents directement... Une vague de "Elsa" a submergé la France en 1987 (plus de 1500 en 1987) et ce avant de revenir en force deux décennies plus tard à la faveur d'un succès mondial (une certaine Reine des neiges). 

Le prénom "Jordy", en référence au jeune chanteur du tube C'est dur, dur d'être bébé, a également fait florès dans les années 90 (1200 Jordy en 1993). Tout comme, des années plus tard, le champion du monde Zidane a très probablement influencé les parents de 193 Zinedine en 1998. N'oublions pas non plus l'année de Loft Story, en 2000, 1247 petites filles baptisées Kenza comme l'une de ses participantes...

In fine, on signalera le prénom Luna, une tendance ayant très certainement émergé avec le personnage homonyme de la série Plus belle la vie. C'est le prénom de 1589 petites filles en 2008.

Sans oublier un grand succès de ces dernières années, le prénom Lili, attribué plus de 500 fois en 2007, qu'on peut relier au film Je vais bien ne t'en fais pas (Philippe Lioret, 2006) et au titre U-Turn de AaRON.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter