#MerciProf, le hashtag qui vous invite à rendre hommage à votre enseignant préféré

#MerciProf, le hashtag qui vous invite à rendre hommage à votre enseignant préféré

Famille
DirectLCI
ÉDUCATION - On a pu les aimer, les admirer, les craindre… Certains ont même changé des vies. Aujourd'hui, il est temps de remercier nos professeurs. C'est l'initiative lancée ce mercredi sur Twitter par les collaborateurs du projet Voltaire avec le hashtag #MerciProf. Histoire de dénoncer leur isolement face à la violence.

On se souvient tous d'un professeur de français qui nous a donné envie de dévorer des livres, ou d'un enseignant d'histoire qui nous a transmis sa passion des "vieilles pierres". C'est pour leur rendre hommage que les collaborateurs du Projet Voltaire, un service en ligne d'apprentissage de l'orthographe, lancent ce mercredi le hashtag #MerciProf sur Twitter.


Le principe, rapporté par Le Parisien, est simple : pour remercier vos professeurs préférés, munissez-vous d'une pancarte, inscrivez-y leur nom, et la classe ou l'établissement dans lequel vous étiez, et partagez ce geste sur Twitter. "Merci à Mr Daniel Montanini, prof d'histoire-géo, qui avait demandé à garder notre classe sur deux ans malgré la très mauvaise réputation de la 4e4. Enthousiasme, gentillesse, écoute, finesse, modernité", écrit ainsi Pauline sur le réseau social.

Ou encore Julien qui avoue : "Sans vous, il eût été impossible que je découvrisse l’imparfait du subjonctif !"

Et que dire de Mike qui, après avoir arrêté ses études, a rencontré des enseignants qui lui ont redonné le goût d'apprendre. Résultat, il a obtenu trois masters.

Les profs seuls face à la violence

Cette initiative, lancée à l'occasion du salon professionnel de l'innovation éducative qui se tient ce mercredi à Paris, n'est pas née de nulle part. Elle se veut une réponse au hashtag #PasDeVague qui dénonçait le mois dernier le manque de soutien aux professeurs face à la violence dans les écoles. Un mouvement né après la diffusion d'une vidéo montrant un lycéen menaçant son enseignante avec une arme factice dans un établissement de Créteil (Val-de-Marne).

En vidéo

#PasDeVague : les profs se révoltent

Comme l'explique dans Le Parisien, Emmanuelle Piquet, la fondatrice de Chagrin scolaire, des centres de consultations dédiés aux élèves, mais aussi aux profs en souffrance, cette valorisation est "infiniment importante" (...) car "c’est en grandissant que les élèves se rendent compte qu’ils ont eu beaucoup de chance, mais il est trop tard pour le dire, donc beaucoup de profs ne le savent jamais". Or, ils en ont plus que jamais besoin.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter