Parents, attention aux piles boutons au lithium, responsables de plusieurs décès d'enfants

Famille
DirectLCI
URGENCE - La mort d'un petit garçon de deux ans qui avait avalé fin août une pile au lithium, ce dimanche dans le Pas-de-Calais, rappelle le danger que peuvent constituer ces batteries en forme de bouton. Minuscules, elles peuvent en effet être facilement avalées par les enfants et causer des dommages irréversibles.

"C'est un drame innommable". Les parents du petit Loëvann, deux ans, décédé dimanche 23 septembre dans le Pas-de-Calais après avoir ingéré une pile au lithium, ne décolèrent pas et sont bien décidés à ce que tout le monde prenne conscience d'un danger souvent insoupçonné pour les jeunes enfants : celui des piles boutons. Rondes et plates, légères et miniatures, ces batteries sont aujourd'hui devenues incontournables dans tous les objets du quotidien : des clés de voitures aux petites télécommandes, en passant par les montres et les jouets. Mais au-delà de leur taille, ce qui fait leur dangerosité, c'est qu'elles contiennent du lithium. 


Ce composant chimique peut s'avérer dangereux s'il se diffuse inopinément dans l'œsophage, et entraîner la formation de lésions potentiellement mortelles. Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les Centres antipoison ont recensé 341 cas d’ingestion ou inhalation de piles bouton entre juin 2016 et décembre 2017. Un phénomène qui touche majoritairement les 0-5 ans et qui conduit, chaque année en France, plus de 1.200 personnes aux urgences. A noter que les deux derniers incidents concernaient des enfants de 6 et 10 ans ayant mis dans leur bouche un hand spinner lumineux, dont la pile est sortie de son compartiment.

Pour prévenir les accidents, vérifiez la sécurité des jouets

Si la vigilance est de rigueur, tout enfant peut échapper à l'attention de ses parents. Résultat, pour prévenir les accidents, il n'y a qu'une seule chose à faire : vérifier la sécurité des jouets en s'assurant que le compartiment à piles ne s’ouvre qu’à l’aide d’une pièce de monnaie ou d’un tournevis. 


Car même si la DGCCRF s’assure de la sécurité des jouets mis sur le marché par des contrôles et des analyses en laboratoires, en particulier à l’approche des fêtes de Noël, certains jeux achetés à bas coût peuvent passer au travers. Ainsi, en 2017, une dizaine d’alertes ont été notifiées au niveau européen concernant certains modèles lumineux de hand spinners du fait d’un risque d’ingestion de piles. 


Par ailleurs, soyez vigilants concernant les autres objets du quotidien qui comprennent des piles bouton (télécommandes, clés de voiture...) mais qui – non destinés aux enfants – ne sont pas soumis à ces obligations réglementaires strictes et sont régulièrement sources d’accident. Enfin, gardez les piles neuves et usagées hors de portée des enfants. Un placard

un tiroir ou un coffre inaccessible sont les meilleurs endroits pour les ranger. Vous pouvez également sécuriser les compartiments à piles à l’aide de ruban adhésif.


Et comme on n'est jamais trop prudent, la marque Duracell vient de mettre au point un emballage ultra-résistant ne pouvant être défait qu'à l'aide de ciseaux. Chaque pile est emballée individuellement dans une double coque en plastique et, tests à l'appui, le pack s'avère impossible à ouvrir pour des enfants.

Que faire en cas d'ingestion de pile ?

"Contrairement aux idées reçues, il ne faut rien donner à boire ou à manger à un enfant ayant avalé une pile bouton", souligne le Centre antipoisons. Il est également déconseillé de le faire vomir. Seule chose à faire, consulter un médecin le plus rapidement possible. Une radiographie du thorax et de l'abdomen permettra de localiser la pile, même en l'absence de plaintes ou de symptômes. Après 2 heures, une pile bloquée dans l'œsophage peut provoquer des lésions sévères (perforation par exemple).


"Si la pile se trouve dans l'estomac ou l'intestin, on peut attendre et examiner les selles jusqu'à son évacuation dans les jours qui suivent. Si la pile n'est pas retrouvée après quelques jours ou en cas de symptômes, il faudra faire une nouvelle radiographie", conseille encore le Centre antipoisons.


"Enfin, consulter rapidement un médecin si les symptômes suivants se manifestent dans les jours qui suivent l'ingestion d'une pile : refus de manger, vomissements, douleurs abdominales, difficultés à avaler, selles noires."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter