"Paternatalophobie" : comment le Père Noël peut-il faire peur à certains enfants (et adultes) ?

Famille

BAD SANTA - Parmi les phobies qui peuvent pourrir la vie à l’approche des fêtes de fin d’année, on vous présente la "paternatalophobie", soit la peur du Père Noël. Un trouble qui frappe les enfants comme les adultes.

Mais à qui le Père Noël peut-il donner des sueurs froides ? A des gens comme vous et moi. Car oui, cette peur existe bien, comme celle des clowns. Elle a même un nom : la "paternatalophobie". Une phobie qui, comme d'autres, se traduit par une peur intense et incontrôlable, qui apparaît systématiquement et de façon durable en réponse à un objet non menaçant. 

Comment expliquer qu'une figure aussi bonhomme puisse susciter l’angoisse ? "Le père Noël n’est pas une figure rassurante pour le jeune enfant, nous assure la psychologue pour enfants Mandy Rossignol. A ses yeux, c'est un inconnu qui souhaite l’approcher, un inconnu massif qui serait plutôt assimilable à une figure d’ogre. Or, à partir de 8 mois, l’enfant peut reconnaître ses proches et il développe une peur de l’inconnu, formalisée par les psychologues comme 'l’angoisse du huitième mois'." Soit cette capacité à distinguer les personnes connues et inconnues qui va conduire l’enfant à avoir peur, et parfois à pleurer, quand on lui demande d’approcher quelqu'un qui lui est encore étranger. 

"De nombreux enfants ont peur des personnages déguisés jusque vers 4-5 ans, poursuit la psychologue, ajoutant que "le visage grimé et la grosse barbe du Père Noël ne permettent pas d'appréhender clairement son visage et son expression". Autre facteur pouvant susciter l'angoisse selon elle : "La rencontre de l'enfant et du Père Noël se fait dans un milieu 'stressant', avec des parents pressés de prendre une jolie photo…" Le psychiatre Jérôme Palazzolo poursuit : "La peur du Père Noël, qui va de pair avec celle de l'étranger, renvoie à l'image que l'on se fait des fêtes de Noël, où les gens changent d'attitude, où l'on voit du monde, où les magasins sont bondés. En émane une dynamique anxiogène globale qui peut perturber l'enfant."

Lire aussi

Peur des personnages déguisés

Alors, que faire en tant que parent lorsque son enfant a peur du Père Noël ? Pour le psychiatre Jérôme Palazzolo, "cette peur naissant d'un processus anxieux lié à une dynamique d'apprentissage, il faut avant tout demander à l'enfant s'il a envie d'aller à la rencontre du Père Noël". "Il ne faut pas l’obliger ni le gronder", recommande également la psychologue. "Parallèlement, il importe aussi de ne pas le rassurer excessivement afin de ne pas renforcer sa peur (l’enfant comprendrait alors qu’il a eu raison d’avoir peur puisque maman le rassure). On peut l’aider à se familiariser avec cette image en lui montrant des livres sur le Père Noël, en le lui faisant dessiner ou colorier, etc. La peur s’estompera à partir de 6 ans : l’enfant sera alors au contraire plutôt heureux de rencontrer le Père Noël, qui deviendra une figure rassurante."

Et si cette peur persiste au-delà de l’enfance, même une fois adulte, qu’est-ce que cela signifie ? "La paternatalophobie est plutôt rare chez les adultes mais elle peut exister, concède Mandy Rossignol. En général, ce sont des personnes qui ont eu une mauvaise expérience avec une figure de Père Noël dans l’enfance, mais on va souvent la retrouver dans un contexte de peur des personnages déguisés, notamment des clowns avec la coulrophobie."

Cela peut par exemple être lié au fait d’avoir été un jour forcé de faire une photo sur ses genoux, comme le raconte cet article du Daily Mail dans lequel une jeune femme de 28 ans, traumatisée par un Père Noël de centre commercial, témoigne de son aversion pour le personnage. Un souvenir qui la hante encore : "Tout le monde trouve que c’est hilarant, mais c’est une vraie phobie", assure-t-elle. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter