Selon une étude, les chats s'attachent à nous comme des bébés à leurs parents

Famille

ANIMAUX - On pense les chats peu démonstratifs et ingrats, ils sont en réalité autant en quête d'affection que les chiens. Une étude récente confirme qu'ils sont eux-aussi concernés par la "théorie de l'attachement".

Les chats peuvent parfois sembler distants avec les humains. C'est du moins ce que l'on dit, ce que l'on constate aussi parfois. Mais il ne faut pas se fier aux apparences : les félins auraient non seulement un cœur comme les autres, mais surtout ils seraient très sensibles à la présence de ceux qui les entourent. 

C'est en tous cas ce que démontre une étude publiée le 23 septembre 2019 dans la revue Current Biology. Selon les chercheurs de l'Université d'État de l'Oregon aux États-Unis, les chats s'attachent bel et bien aux personnes qui prennent soin d'eux, comme le font les bébés ou encore les chiens. Ils seraient ainsi sensibles à la fameuse théorie de l'attachement, selon laquelle un jeune enfant a besoin, pour connaître un développement social et émotionnel normal, de développer une relation d'attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue.

Voir aussi

Les capacités sociocognitives des chats sous-estimées

Pour ce faire, les chercheurs ont réuni 70 chatons et leurs maîtres pour un exercice simple : chacun des duos a été placé dans une pièce où le maître se tenait dans un cercle délimité, que le chaton devait pénétrer pour pouvoir interagir avec lui. Le maître restait ainsi deux minutes avec son animal, puis quittait la pièce pendant deux minutes avant de revenir pour deux minutes. Les résultats ont révélé que 64% des animaux avaient semblé moins stressés lors de la réunion avec leur maître que lors de la séparation et, au moment des retrouvailles, un meilleur équilibre a été trouvé entre errance et contact avec le propriétaire. Seuls les 36% restants des chatons ont manifesté la marque d'un "attachement peu sûr" en évitant le contact. Des chiffres similaires ont été obtenus en menant la même expérience avec 38 chats adultes. Et selon les auteurs de ces travaux, de précédentes expériences menées avec des chiens, et même des enfants, avaient abouti aux mêmes résultats et à la même conclusion d'une recherche de proximité avec une figure d'attachement lors de la survenue de situations de stress. 

Penser que les chats sont plus sauvages que les chiens avec leurs maîtres serait donc un préjugé. Ils établissent bien des liens affectifs avec eux. "Malgré le faible nombre d’études sur le sujet, nos recherches suggèrent que nous sous-estimons peut-être les capacités sociocognitives des chats", concluent les auteurs de ces travaux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter