Sept hommes sur dix ne se lavent pas tous les jours : l'étonnante enquête sur l'hygiène des Français

Sept hommes sur dix ne se lavent pas tous les jours : l'étonnante enquête sur l'hygiène des Français
Famille

C'EST DU PROPRE - Longtemps raillés à l'étranger pour leur présumée saleté, où en sont les Français sur le plan de l'hygiène ? L'institut Ifop s'est penché sur la question et livre ce mercredi ses résultats. Le moins que l'on puisse dire, c'est que des progrès restent à faire !

En 1951, le magazine Elle publiait une enquête retentissante sur les conditions d'hygiène déplorables des Françaises. En trois pages et treize questions, ce sondage - qui occultait la gent masculine - réduisait à néant notre réputation, et par là-même notre amour-propre. Soixante-dix ans après, l’Ifop fait à nouveau le point sur la propreté corporelle et domestique des Français dans une enquête publiée ce mercredi. Et là encore, certaines réponses ne peuvent que laisser dubitatif.

Réalisée pour le compte de Diogène France, société de nettoyage spécialisée dans les logements de victimes du syndrome de Diogène (forme extrême d'accumulation compulsive, ndlr), elle montre que, si globalement l’hygiène des Français a radicalement changé depuis les années 1950, certains pans de la population restent encore éloignés des standards de propreté, en particulier parmi les personnes les plus âgées et les plus isolées.

Lire aussi

Une toilette loin d'être quotidienne

Premier constat, seuls 3 Français sur 4 (76%) procèdent à une toilette complète tous les jours. Et dans ce domaine, les femmes semblent plus portées sur leur hygiène que les hommes, puisque 81% d’entre elles font une toilette complète "au moins une fois par jour", contre 71% des hommes (alors qu’elles n’étaient que 52% en 1951). Les autres catégories de la population où la pratique est faible sont généralement des personnes isolées géographiquement (59% des ruraux), professionnellement (60% des chômeurs) ou socialement (60% des femmes ne recevant jamais personne à leur domicile).

Au total, 63% des Français déclarent prendre une douche tous les jours, et 6% des bains quotidiens.

Le lavage des cheveux encore très genré

Côté cheveux, là encore les femmes se montrent plus méticuleuses que les hommes, avec un rythme d’un shampoing tous les deux jours ou 2 fois par semaine (62%, contre 51% chez les hommes). Une hygiène capillaire qui a beaucoup évolué depuis le début des années 50, puisqu’en 1951, 3/4 des Françaises se lavaient les cheveux moins d’une fois par semaine (77%), contre 8% en 1986 et 4% en 2020.

Concernant les hommes, ils sont 3 sur 10 à le faire tous les jours ! Une obsession du shampoing légèrement plus accentuée chez les jeunes de moins de 25 ans (35%).

Voir aussi

Des règles sanitaires pas toujours respectées

En revanche, en cette période d'épidémies en tout genre où le respect des règles d’hygiène est un enjeu de santé publique, l'enquête de l'Ifop révèle qu'à peine 2 hommes sur 3 (68%) se lavent les mains systématiquement après être allés aux toilettes (contre 75% des femmes). Et moins d'un tiers d’entre eux le font après avoir pris les transports en commun (31%, contre 42% des femmes).

Plus étonnants encore, seuls 25% des Français se lavent les mains après s’être mouché, un chiffre démontrant clairement l’ignorance des règles sanitaires de base en dépit des messages de santé publique martelés et du contexte virale qui règne actuellement.

Un caleçon pour plusieurs jours !

Enfin, si la quasi-totalité des femmes (94%) change de culotte tous les jours, à peine 3 hommes sur 4 (73%) changent de slip/caleçon quotidiennement. Une tendance accentuée chez les personnes âgées, puisque seuls 50% des hommes de plus de 65 ans changent de slip/caleçon tous les jours.

Une faible cadence que l’on retrouve également chez les femmes et leurs soutiens-gorge : seules 28% d’entres elles le changent tous les jours, souligne l'Ifop. Une hygiène vestimentaire féminine qui a tout de même radicalement changé ces dernières années : en 1951, 17% des Françaises changeaient de culottes tous les jours, contre 82% en 1986 et 94% en 2020.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent