"Coming out" : quand des jeunes filment la révélation de leur homosexualité à leurs proches

Famille

MOMENT DE TENSION - Pour son documentaire "Coming out", en salles ce mercredi, le réalisateur Denis Parrot a collecté des vidéos de jeunes se filmant pour annoncer leur homosexualité à un proche. Une manière 2.0 de raconter ce mouvement de bascule testant le lien d'un enfant et de ses parents.

Le "coming out" ("sortie" du placard), c'est ce moment où un homme ou une femme révèle son orientation sexuelle à son entourage. Il se révèle le cœur névralgique d'un documentaire gonflé, réalisé par Denis Parrot, en salles ce mercredi. Dans un carton noir en guise de préambule, Parrot avoue : "Quand j’étais jeune, il n’y avait pas Internet". Puis il laisse la place à une succession de vidéos, montées sans effet mélodramatisant, filmées par celles et ceux qui ont décidé, un jour, de ne plus tricher avec les autres ni avec eux-mêmes. 

Ces "coming out" en direct, elles et ils les ont réalisés entre 2012 et 2018, et partagés sur Internet, comme pour leur donner une caisse de résonance, pour eux mais aussi pour les autres. Chacun se révèle à nu, souvent face caméra - d'un ordinateur ou, exceptionnellement, en caméra cachée de smartphone. Et, tous, ils ont les jetons : "Je veux montrer à quel point le coming out est un moment de tension après des mois, des années durant lesquelles ces jeunes ont tout gardé en eux, sans oser en parler", confie Denis Parrot dans une note d'intention. Résultat, un documentaire d'utilité publique et de trouille intime où, pour certains, le "coming out" se passe bien et, pour d’autres, se termine en drame. 

Lire aussi

"Vous ne l'avez pas choisi, mais votre enfant ne l'a pas choisi non plus"

Qu'est-ce qui justifie la raison d'être d'un tel documentaire ? Ces vidéos soigneusement collectées et montées avec empathie n'auraient pas pu exister il y a 20 ans, et elles ne seront pas les mêmes dans vingt ans. Comme un témoignage, elles s'inscrivent dans notre société, parlent du monde dans lequel nous vivons et racontent ce que signifie le courage d'être soi. Parrot s'est très certainement souvenu de la captation incroyable, en 2015, de deux frères jumeaux ayant décidé d'annoncer à leur père qu'ils étaient homosexuels. 

Son documentaire s'ouvre avec un ado australien qui fait son "coming out" auprès de sa mère et de son petit frère, un poil crispés, devant la caméra familiale : "Je suis si contente que tu me le dises. Je t'imaginais venir avec quelqu'un et que tu nous l'annoncerais alors", réagit la mère aussitôt la révélation faite. Contre toute attente, Brandon, le petit frère, fait part d'une franche hostilité : "Tu aimes les trucs de mecs ?". En caméra cachée, Daniel, un ado américain de Géorgie, a filmé sa mère qui le renie immédiatement : "Tu devras déménager pour vivre comme bon te semble. Je ne veux pas laisser croire aux gens que j'approuve. Sale homo !", éructe-t-elle. Parmi les derniers témoignages, celui de Loren, une ado canadienne ayant choisi de faire son "coming out" auprès de sa grand-mère : "ça ne changera rien pour moi. Pourquoi avais-tu peur de me le dire ? Rien ne m'empêchera de t'aimer, ma chérie !".

"Vous ne l'avez pas choisi, mais votre enfant ne l'a pas choisi non plus", conclut Denis Parrot. Pas sûr que son film ne s'adresse qu'à celles et ceux ayant fait leur coming-out. En réalité, il s'adresse à tout le monde, touche tout le monde. Pas tant sur un mode pédagogique visant à comprendre ceux qui se révèlent, et les regarder comme des bêtes curieuses, mais pour questionner notre "regard social jugeant", chercher à savoir pourquoi la société leur demande de choisir un camp alors qu'il ne s'agit que d'identité, de qui l'on est, de qui ils sont, de qui nous sommes. Dans un monde idéal, personne n'aurait à justifier ses désirs. Le documentaire parle aux parents qui verront chez ces jeunes adultes des enfants effrayés par le premier son de voix de leur interlocuteur au moment de la révélation tant redoutée, mais aussi à ceux qui voudront comprendre cet effort surhumain de transparence au risque de subir le jugement de l'autre.

Coming-out, en salles le 1er mai

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter