"Te voir vieillir me manque" : un père prend la parole pour lever le tabou autour du suicide des jeunes

Famille

PRÉVENTION - C'est un acte tellement insupportable que la plupart des parents ne sauront jamais comment s’en remettre. Chaque année en France, 10.000 personnes se suicident, dont de nombreux jeunes. C'est même la deuxième cause de mortalité chez les moins de 24 ans. La faute, peut-être, au tabou qui entoure ce fléau. A l'occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, qui se tient ce mardi 10 septembre, un père endeuillé et une responsable d'association ont accepté de témoigner...

Quelle valeur a la mort qu’on se donne soi-même ? "On serait vraiment en droit de se poser la question quand on voit le silence qui entoure le suicide des jeunes", interpelle Thérèse Hannier, la présidente de l’association Phare Enfants-Parents, contactée par LCI à l'occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide. Et pourtant… Les chiffres, glaçants, parlent d'eux mêmes. Chaque année, en France, près de 10.000 personnes se suicident - les plus touchées étant les jeunes filles de 15 à 19 ans (en moyenne 41 pour 10.000). 

C’est d'ailleurs, selon l'OMS, la deuxième cause de mortalité chez les moins de 24 ans, après les accidents de la route, et la première cause chez les 25-34 ans. "Un âge pourtant où on a toutes les raisons de ne pas mourir, lance-t-elle. Et, phénomène nouveau dans notre société, depuis quelques années, des enfants de moins de 9 ans mettent fin à leurs jours !" Sauf que - malgré ce qu'on pourrait penser - ce n’est pas un choix. Jamais. Ces jeunes ont juste abandonné le combat. Alors, pourquoi un tel tabou ? 

Lire aussi

Vous êtes des parents formidables mais ce monde n'est pas fait pour moi.- Margaux Baudin

"Non, le suicide n'est pas une fatalité, martèle notre spécialiste. Encore une idée reçue totalement fausse qui revient à dire qu'il n'y a rien à faire, alors que c'est 'une mort évitable', selon les propres dires de l'OMS. Il suffit parfois de tendre une main et d'écouter". C'est justement le rôle de l'association Phare Enfants-Parents, sauf que les moyens pour y arriver manquent cruellement. "Et quand on s'adresse aux politiques, ils vous répondent : 'Tout va bien, madame !', s'insurge Thérèse Hannier. Pourtant, cela ne reflète pas la réalité : rendez-vous compte, toutes les dix minutes, en France, un adolescent fait une tentative de suicide". Et la plupart du temps, les parents sont les laissés pour compte. "Trop peur de déflorer le secret médical, dit-elle. Mais il ne s'agit pas de ça, les familles ont juste besoin de clés pour savoir comment accompagner leur enfant qui va mal... avant qu'il ne soit trop tard". 

Rémi Baudin est l'un de ces papas déboussolés, mais lui n'a pas eu le temps d'appeler à l'aide ; il n'a rien vu, rien compris. Sa fille Margaux s'est pendue le 3 mars 2015, à l'âge de 24 ans, alors qu'elle était partie en Roumanie réaliser son rêve : devenir pédiatre. Elle avait décidé d'y poursuivre ses études de médecine "car la compétition y est moins forte qu'en France", explique-t-il. "Il faut dire qu'elle avait échoué par deux fois au PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé, ndlr), ce fameux concours très décrié. Pourtant, c'était une jeune fille intelligente qui n’avait pas besoin de beaucoup travailler pour avoir d’excellentes notes. En revanche, son talon d'Achille, c'était son hypersensibilité. Résultat, elle se mettait une pression folle", lâche-t-il. 

Le père de famille se souvient d'ailleurs de scènes angoissantes quand Margaux faisait ses devoirs enfant : "Elle pleurait très facilement et multipliait les 'j'y arrive pas !' Il fallait beaucoup de patience pour la calmer et la rassurer", raconte-t-il, la voix cassée. Et comme une histoire qui se répète inlassablement, c'est par ces mots que la jeune femme a signé son acte. "Vous êtes des parents formidables mais ce monde n'est pas fait pour moi (...). Je veux faire médecine mais je n'y arrive pas", a-t-elle écrit avant de mettre fin à ses jours. "Mais comment imaginer que cette sensibilité pourrait la faire basculer vers une issue aussi tragique ?", se demande encore son père, qui oeuvre désormais auprès de l'association Dr Margaux.

"Vigilant mais pas trop intrusif"

Il est en effet souvent difficile pour des parents de faire la part des choses entre une dépression passagère et un mal-être plus profond. "Quelquefois, c'est plus sournois, explique Thérèse Hannier. Elle-même a compris trop tard quand son fils de 18 ans a mis fin à ses jours. "Il s'agit d'une autre catégorie de personnes vulnérables dont on ne parle jamais parce qu'elle échappe au radar des psychiatres, ce sont les jeunes 'qui ont tout pour être heureux'.  Ils sont plutôt souriants, ont un parcours scolaire sans faute, ont des parents aimants… en revanche, ce sont des éponges qui prennent en pleine face toutes les agressions de la vie. Et un jour, une goutte d’eau fait exploser le vase, entraînant un passage à l’acte complètement inattendu", dit-elle, tout en souhaitant soupeser ses mots. Elle n'a nulle envie ici de semer la psychose dans les chaumières.

"On peut aussi être alerté par un certain nombre de signes avant-coureurs, insiste-t-elle. Ainsi, si votre adolescent change soudainement d’attitude, se replie sur lui-même, devient violent, agit avec une grande irritabilité, a des sautes d’humeur, et perd l’appétit ou le sommeil, il faut s’inquiéter". Sauf qu'il n'est pas toujours évident d'intervenir, car un ado en détresse est souvent dans le déni et refuse toute main tendue. "C’est un dosage subtil, reconnaît Rémi Baudin. Car les parents sont souvent les dernières personnes auprès de qui les jeunes veulent avoir des réponses à leurs questions. Alors ils vont sur internet et là, on trouve de tout et surtout du n’importe quoi. Il faut donc être à la fois très vigilant et en même temps pas trop intrusif". Terrible équation. 

Lire aussi

La psychiatrie comme seule réponse

Quant aux thérapies, il y aurait beaucoup de choses à dire, nous confie Thérèse Hannier. "Ce qui est prévu par le plan Santé Mentale du gouvernement ne repose que sur la psychiatrie, avec comme seule réponse à la détresse humaine des prescriptions médicamenteuses. Et ce n’est pas ce qu’il faut pour éviter, par exemple, les récidives, martèle-t-elle. Cela passe aussi et surtout par la parole. Voyez-plutôt : la demande d'écoute et de soutien constitue près de la moitié de nos appels !".

Et pourquoi ne pas aller prêcher cette bonne parole dans les établissements scolaires ? Un vœu pieux pour Thérèse Hannier. "Pour cela, il faudrait déjà lever l'idée qui consiste à dire qu’en parler donnerait de mauvaises idées, le fameux 'effet Werther' (une hypothèse selon laquelle la forte médiatisation d’un suicide peut servir de déclencheur, voire de mode d’emploi incitant au passage à l'acte, ndlr). Alors que tous les psychiatres de renommée sont formels, il faut au contraire évoquer le suicide pour que ça puisse déclencher une prise de conscience chez certains jeunes. Bien sûr, il faut trouver les bons mots mais cela ne veut pas dire mettre une chape de silence sur ce problème", conclut-elle.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter