A table, au lit, en voiture, au supermarché... Comment désamorcer par le jeu les conflits avec votre enfant

Famille

Toute L'info sur

Réussir l'éducation de ses enfants

1, 2, 3 SOLEIL - Et si vous jouiez au lieu de vous énerver ? Voilà le mantra de Delphine de Hemptinne. Cette orthophoniste belge vient de publier un guide de survie à l'attention des parents, composé de 250 petits jeux simples pour dénouer toutes les situations crispantes avec ses enfants. A consommer... sans modération !

Votre fils refuse d'aller prendre sa douche ? Initiez-le à la peinture aquatique ! Votre fille râle quand il faut se laver les dents ? Organisez un concours de brossage à cloche-pied ! Et si le jeu était l'ingrédient miracle pour éduquer ses enfants sans stress, ni colère, et favoriser l’épanouissement et le bien-être de toute la famille... Voilà en tout cas la conclusion à laquelle est arrivée Delphine de Hemptinne après avoir utilisé ce formidable outil, en tant qu'orthophoniste pour surmonter les troubles de ses patients, puis quand elle est devenue maman. Forte de cette expérience, elle en a fait un livre à l'attention de tous les parents au bord de la crise de nerf : Jouons malin ! (Editions Au fil de soi). Un guide qui détaille 250 petits jeux à partager au quotidien avec les enfants de 3 à 7 ans pour désamorcer tous les conflits.

"Comme tous les parents, moi aussi j'ai manqué de patience. Je m'énervais après ma fille et ensuite je culpabilisais énormément, reconnaît la jeune femme. Avec le jeu, on va pouvoir agir avant que la situation ne dégénère, en créant un climat plus serein. Cela va permettre de relâcher la pression que l'on se met inutilement". 

Lire aussi

Mais devenir un parent joueur n'est pas une tâche aussi simple qu'il y paraît. On a souvent tendance à se raccrocher aux sempiternelles excuses : pas assez de patience, pas le temps, pas l'énergie... Alors, comment faire pour appuyer sur la touche pause ? "L'éducation ludique, ça n'est pas un vain mot, même si je comprends qu'on puisse ne pas toujours avoir envie, admet Delphine de Hemptinne. Sauf que passer 5 minutes de plus à expliquer ou à mettre en place un jeu, ce n'est pas une perte de temps, bien au contraire, car on y gagne en sérénité. Et puis, jouer avec son enfant permet de désamorcer toutes les situations difficiles, de l'habillage au coucher, en passant par les repas". Ni une, ni deux, on suit le guide...

S'habiller

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "En tant qu'adultes, nous avons tendance à oublier à quel point s'habiller est une activité complexe pour les enfants, souligne Delphine de Hemptinne. Avant d'y arriver, ils doivent apprendre une multitude de gestes différents. Par ailleurs, cette activité les intéresse beaucoup moins que ce qu'ils sont en train de faire, c'est-à-dire... jouer".

• Pour y remédier, "et permettre une transition en douceur, on va justement utiliser le jeu, poursuit l'auteure : le principe est simple, vous allez demander à votre enfant d'habiller en même temps que lui ses objets transitionnels, comme la poupée ou le doudou. J'ai appelé ce jeu Ma poupée et moi. Ainsi, chaque fois qu'il va mettre un vêtement, il va devoir faire de même avec son jouet préféré. Veillez juste à ce qu'il y ait le même nombre de vêtements pour les deux, pour ne pas qu'il finisse d'habiller sa poupée avant lui", conseille la thérapeute. 

Se laver

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Pour l'enfant, se laver n'est pas une tâche très excitante. Il y a tout d'abord l'inconfort de devoir retirer une tenue confortable et chaude pour se mettre tout nu. Il y a aussi parfois la peur de glisser dans la baignoire. Certains enfants peuvent en effet avoir eu des expériences traumatisantes, et pour d'autres le contact avec l'eau peut faire peur", détaille Delphine de Hemptinne. Résultat, ça crie, ça pleure, et ce moment se transforme vite en partie de bras de fer". 

• Pour y remédier, "on adopte le Bain royal. C'est un peu comme un jeu de rôle, explique la jeune femme. Le principe consiste à dire à votre enfant qu'il est désormais un roi ou une reine  et que vous allez le chouchouter telle une altesse. Selon le temps dont vous disposez, vous allez fabriquer des étiquettes avec le nom de votre enfant que vous disposerez sur les bouteilles de savon ou de shampoing. Vous pouvez aussi placer un tabouret en plastique dans le bain ou la douche, pour qu'il ait l'impression d'être assis sur un trône, ajouter de la musique, et parler avec beaucoup d'emphase pour exagérer le côté précieux. Vous verrez, très vite il va se prendre au jeu".

Voir aussi

Se brosser les dents

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Pour beaucoup d'enfants, la raison principale, c'est que le brossage des dents se passe soit avant de partir à l'école, soit avant d'aller se coucher. Deux moments qu'ils n'aiment pas particulièrement. Du coup, ils vont essayer de les repousser au maximum en retardant leur venue dans la salle de bain", analyse l'auteure.

• Pour y remédier, "on va jouer au Cap ou pas cap ? Pour cela, il vous suffit d'écrire sur des petits papiers différents défis que votre enfant piochera chaque jour. Par exemple, se brosser les dents sans se salir l'extérieur de la bouche, en dansant sur une musique, sans s'arrêter une seconde, les yeux fermés... N'hésitez pas à lui demander de participer pour trouver des idées. Au final, la motivation remplacera l'ennui", assure-t-elle.

Les repas

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Autant les adultes apprécient de se retrouver autour d'un bon repas, autant les plus jeunes trouvent ce moment long et ennuyeux. Il faut dire qu'ils ont très vite besoin de bouger et de passer à autre chose, donc rester à table leur demande beaucoup d'efforts", décrypte notre orthophoniste.

• Pour y remédier, "on va mettre en place des conversations ludiques. Il suffit de préparer plusieurs bandelettes de papier sur lesquelles on va inscrire une question, et au moment du repas, on en pioche une et on lit le texte à voix haute. Par exemple : 'si tu étais un animal, lequel serais-tu ?' ou 'si tu pouvais maîtriser un pouvoir magique, lequel voudrais-tu être ?' Cela permet d'échanger avec ses enfants sur différents sujets, et pendant ce temps-là, on n'a pas besoin de leur dire : 'Tiens toi bien" ou 'Reste assis'..."

Voir aussi

En voiture

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "La voiture c'est un espace clos, restreint, dans laquelle les enfants sont attachés dans des sièges étroits, ce qui les met dans une position inconfortable, et cette situation contraignante ne va pas les aider à coopérer.  Entre les 'on est bientôt arrivés ?', 'j'ai faim', 'j'ai envie de faire pipi', 'mon frère m'a poussé'... Ça hurle, ça crie, et si de son côté, le conjoint s'énerve parce qu'on n'a pas regardé l'itinéraire, la voiture se transforme vite en cocotte minute", constate Delphine de Hemptinne.

• Pour y remédier, "on va utiliser des jeux musicaux. En voiture, c'est plus facile de faire des jeux qui ne demandent pas trop de matériel, et comme tout le monde a une radio dans son véhicule, c'est très simple de mettre en place, par exemple, un quiz musical. On peut aussi changer les paroles d'une chanson ou en inventer d'autres. Les possibilités sont infinies".

Lire aussi

Faire les courses

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Le magasin est un endroit qui va à nouveau demander beaucoup d'efforts aux enfants. Ils ne peuvent pas courir, toucher ce qu'ils veulent, ils ne doivent pas faire trop de bruit et rester près de leurs parents. Résultat, les enfants s'ennuient désespérément, et la frustration va s'accumuler. Si en plus, il ont faim, c'est le summum", ironise la thérapeute.

• Pour y remédier, "on va dégainer le jeu de rôle Attention Méduse ! Parlez-leur de la légende de cette célèbre créature à la chevelure remplie de serpents. Selon la mythologie grecque, toute personne qui croisait son regard était instantanément pétrifiée. Du coup, l'enfant va devoir se montrer discret pour ne pas se faire remarquer et tous les clients du supermarché deviennent, sans le vouloir, complices du jeu". 

Au restaurant

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Pour les enfants, le restaurant est souvent proche du supplice, parce qu'ils doivent de nouveau rester assis à table, sans trop bouger, sans parler trop fort, sans se donner en spectacle. En plus, c'est souvent une situation qui s'éternise, et comme c'est inconfortable pour eux, ils vont d'une manière ou d'une autre le faire ressentir",  note l'auteure.

• Pour y remédier, "le plus simple, c'est de leur donner de quoi dessiner. On trouve maintenant régulièrement dans les restaurants des kits à cet effet. Ne négligez pas non plus le pouvoir des histoires. On peut ainsi demander au serveur de nous dire un mot que l'on va ensuite faire deviner aux autres. Ou partir sur des jeux de charade ou de rébus. Et pourquoi ne pas carrément inventer une histoire en se servant du décor du restaurant ou des clients présents dans la salle ? Le temps que l'on soit servi et que ça se passe mieux", conseille la jeune femme.

Aller dormir

• Pourquoi est-ce si compliqué ? "Il peut y avoir mille et une raisons qui rendent l'heure du coucher compliquée : il y a les enfants qui ont peur du noir, ceux qui font souvent des cauchemars, ou qui ne veulent pas rester seuls. Résultat, l'enfant va tout faire pour saboter ce moment et s'y opposer", assure Delphine de Hemptinne.

Lire aussi

• Pour y remédier, "je conseille, si votre enfant est anxieux, de faire une garde rapprochée de ses jouets. On va prendre toutes ses peluches, poupées, robots, tous ces personnages qui lui apporte des émotions dans la journée et on va les disposer autour de lui dans son lit.  Ensuite, à vous d'inventer une petite histoire avec ses jouets favoris de manière à le sécuriser avant qu'ils ne s'endorme".

Lire et commenter