"Ça fait peur parce qu'il y a des trucs chelous" : comment protéger les ados des ravages du porno ?

Famille

Toute L'info sur

Le 20h

ÉDUCATION SEXUELLE - Ultra-présente sur Internet, la pornographie est un sujet d'inquiétude pour les parents. Comment les adolescents la perçoivent-ils ? Comment les en protéger ? Les équipes du 20 heures de TF1 sont allées à la rencontre de collégiens et d'experts.

"Est-ce que vous connaissez des gens qui vous ont dit ‘J’ai vu des images pornographiques'" ? La question, posée le directeur des opérations de l’association e-Enfance, qui intervient ce jour-là dans une classe de 4e, ne reçoit en réponse que quelques mains levées timidement. Et pourtant, un enfant de moins de douze ans sur deux a déjà été confronté à des images pornographiques. Il y a ceux qui sont allés les chercher, poussés par des plus grands, et puis ceux qui ont par exemple subi des publicités spontanées alors qu'ils jouaient sur leur portable. La première fois, ça m’a choqué, raconte l’un des élèves aux caméras de TF1 venus réaliser le reportage "grand format" en tête de cet article. "Ça fait peur parce que Il y a des trucs chelous", embraye l’un de ses camarades, quand une autre évoque une "sensation de dégoût". Problème : il est impossible à leurs yeux d’en parler à leurs parents.

Alors, comment protéger les ados du porno ? Samuel Comblez, psychologue pour enfants parallèlement à son engagement associatif, déplore la "frilosité très importante en France" en matière d’éducation sexuelle des enfants, et encore plus sur la pornographie. "C’est une erreur, juge-t-il : les adolescents vont s’auto-former, aller chercher l’information gratuitement, facilement, au travers de leur connexion internet. Et le problème, c’est qu’ils n’ont pas de contre-discours".

Lire aussi

Tout le monde s’accord à le dire : la parole reste la meilleures des préventions. Les caméras de TF1, qui ont recueilli le témoignage d’un jeune racontant comment il est devenu dépendant à la pornographie à l’âge de 11 ans, sont également allées à la rencontre d'une addictologue parisienne, Pauline de Vaux. Alors que le gouvernement souhaite exiger la mise en place de filtres pour empêcher les enfants d'accéder aux contenus pornographiques, des juristes qui traquent les sites hors la loi leur apportent également leur éclairage.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter