Consultation psy #20 - La résilience face au confinement ? Ce n'est pas si simple

Consultation psy #20 - La résilience face au confinement ? Ce n'est pas si simple
Famille

MISE AU POINT - La résilience, terme devenu à la mode et qu'Emmanuel Macron a prononcé, est désormais utilisé dès qu'un problème apparaît. Avec une sorte de pensée magique qui voudrait que, face aux difficultés, nous serions capables de toutes les dépasser. Ce n'est pas si simple. L'éclairage de Hélène Romano, psychothérapeute.

La résilience est un terme devenu à la mode - Emmanuel Macron l'a utilisé lors de son allocution du 13 avril- dont l’usage est aujourd’hui fait sans limites dès qu’une difficulté apparaît. Avec cette sorte de pensée magique que face aux difficultés, nous serions capables de toutes les dépasser. Il nous semble important de rappeler ce que signifie ce terme pour limiter son utilisation excessive et inadaptée. 

En physique, la résilience est la capacité d’un métal déformé de retourner à son état initial. En psychologie, on retrouve l’apparition de ce terme dès 1688 dans un écrit de More qui évoque la résilience des personnes face à la misère puis en 1751 dans un texte de Johnson (Simpson, Weiner, 1989) et dans de multiples romans vantant la capacité de survie, en particulier des enfants, en environnement hostile. Les anthropologues évoquent aussi depuis longtemps la situation de certaines ethnies colonisées et soumises aux diktats de groupes plus puissants, mais capables néanmoins de maintenir au sein de la communauté un certain équilibre en conservant leur système de croyances.

La résilience n’est pas l’oubli. Ce n’est pas un état figé, mais un processus psychique qui conduit à pouvoir surmonter des épreuves ET à avoir appris de celles-ci pour faire face en cas de nouvelles difficultés. Ce "et" est essentiel, car il est possible de considérer qu’une personne est résiliente lorsqu’elle parvient à tenir de nouveau en cas d’épreuves en utilisant son expérience passée. La résilience ne se décrète pas. Elle n’est pas davantage innée, ni consommable via des médicaments divers et variés. 

Dans le contexte actuel de confinement,il est important de le rappeler. Car ce terme est brandi tel un totem qui, une fois prononcé, permettrait d’avoir l’illusion de dépasser tous les effets traumatiques de cette période et d’idéaliser le comportement de tous. 

Ce n’est pas si simple. Chacun d’entre nous vit cette période de confinement de façon différente en fonction des vécus individuels passés, des relations actuelles, de nos ressources positives, mais aussi de nos failles, des soutiens éventuels. Et chacun vivra différemment les conséquences de cette période, car nous sommes tous différents et inévitablement inégaux face aux épreuves de la vie. Les études permettent de savoir que certaines ressources sont essentielles pour faciliter le dépassement des difficultés, voire des traumatismes : une estime de soi positive, un sentiment de protection, une confiance en soi et en l’autre, un soutien positif de son entourage, l’humour, la solidarité. Autant de perspectives qui permettent d’envisager des moyens de sortir de ce confinement le plus sereinement possible, mais avec réalisme : la vie d’après ne sera pas celle d’avant ; comme pour toute épreuve traversée. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Nos conseils face au confinement

Consultation psy #28 - Ne pas se toucher, ce n’est pas humain !Consultation psy 27 - Travail, logement, conjoint... Vous avez envie de tout changer ? C'est normalConsultation psy#26 : que faire face à "la peur du déconfinement" ?

Ne pas le reconnaître et s’aveugler avec ce terme de résilience utilisé de façon inappropriée, c’est se condamner à des déceptions, car il n’y a rien de magique face aux faits traumatiques. Pour parvenir à les dépasser, il faut pouvoir se les approprier. Pour cela il faut du temps et des ressources qui ne seront accessibles que si nous les envisageons de façon réaliste et non magique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent