Confinement : une expérience à vivre en famille

Confinement : une expérience à vivre en famille
Famille

Depuis le début du confinement, nous avons demandé à douze Français de filmer leur vie quotidienne. Ce soir, découvrez les témoignages de deux familles qui ont choisi d'être soudées face à la crise du coronavirus.

Ces derniers matins, Thierry Thomas profite du petit-déjeuner avec sa femme. Un vrai changement pour ce réceptionniste de nuit qui, à cet horaire, rentre habituellement du travail pour aller se coucher. "On ne me fait travailler que deux nuits par semaine parce qu'il n'y avait plus assez d'activités", explique-t-il.

Son épouse, elle, est assistante maternelle et est en chômage partiel. Dans l'attente du déconfinement progressif et de la reprise de leurs activités, ils travaillent en famille deux fois par semaine dans une production de fraises. Son fils, qui travaille normalement en restauration rapide, est également de la partie. "C'est vraiment sympa de pouvoir travailler avec son épouse et son fils pour la première fois", confie le réceptionniste qui explique "avoir appris plein de choses sur les uns et les autres". Une bonne expérience et un bon souvenir pour ce père de famille dans ces moments difficiles. 

Lire aussi

En apprendre sur les autres, et sur soi-même

Toute l'info sur

Le 20h

Thierry n'est pas le seul à avoir choisi de faire du confinement un moment pour se retrouver en famille. Mathias Biabiany, escrimeur, a dû faire face de son côté au report des Jeux Olympiques pour 2021. Aujourd'hui, il s'est lancé en Guadeloupe dans la fabrication de nasses de pêche antillaises avec son père. 

"Toute l'année je suis en déplacement dans le monde entier donc je n'ai pas spécialement l'occasion de pouvoir le voir faire ce qu'il aime et j'en apprend un peu plus sur moi, sur ma culture, j'en apprend un peu plus aussi sur ce qu'il fait lui", confie le sportif. "On peut mieux profiter de toi, cela permet de mieux renouer les liens familiaux, de discuter ensemble. Tu nous parles de ta vie à Paris, à l'INSEP (l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), des choses qu'on ne savait pas", témoigne sa mère. Des moments rares dont la famille profite pleinement pour rattraper les occasion manquées qui marquent aussi la vie des athlètes de haut niveau.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent