VIDÉO - "Paul, ça va ?" : la campagne choc contre le tabou des violences faites aux enfants

Famille

ÉVEILLER LES CONSCIENCES - En France, un enfant meurt tous les 5 jours sous les coups d'un adulte. C'est pour combattre ce fléau que l'association Enfance et partage lutte depuis 40 ans pour protéger et défendre les plus jeunes. Et sa dernière campagne coup de poing ne déroge pas à la règle...

"Même victime de violences, un enfant vous dira toujours que ça va"... Ce constat simple, imparable, est le point de départ de la nouvelle campagne de l'association Enfance et Partage, dont l'objectif, encore et toujours, est de sensibiliser le grand public aux violences faites aux enfants, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles.

Dans un film implacable, réalisé par Safy Nebbou ("Le cou de la girafe", "L’empreinte de l’ange", "L’autre Dumas", "Celle que vous croyez"…), on suit un jeune garçon, dont les cheveux sont recouverts d'un bonnet en laine, de sa salle de classe à son retour chez lui. A chaque fois, la question réflexe et quotidienne du "ça va ?", posée d'abord par sa maîtresse, puis par un copain à vélo, et enfin par une commerçante du quartier, résume de façon immédiate la cécité de ceux qui l'entourent en ne cherchant pas à savoir pourquoi son regard bleu lagon se perd parfois dans le vide.

Lire aussi

Nul ne se doute en effet des souffrances de cet enfant face à son silence à peine ponctué d'un "oui ça va" de façade. La tension monte crescendo jusqu'à la scène finale où une fois arrivé devant sa porte, le petit garçon enlève son bonnet, laissant apparaître un hématome sur son front. La suite se passe dans l'intimité de l'appartement familial où les coups pleuvent, donnés par un père visiblement peu embarrassé par un tel déchaînement de violence. "Papa t'énerve pas", supplie l'enfant. "C'est de ta faute si je m'énerve", lui répond-il. "Non". "Arrête". "Aïe". "Tu me fais mal"... "C'est tout ce que tu mérites", avance le père. Et l'on se prend à penser qu'il va falloir désormais prendre le temps de déchiffrer ce "oui ça va" lancé mécaniquement par nos chères têtes blondes.  D'autant plus que le phénomène est loin d'être anecdotique. Selon Enfance et Partage, un quart des adultes déclarent avoir subi des violences physiques dans leur enfance, et une femme sur cinq et un homme sur treize disent avoir subi des violences sexuelles dans leur enfance. 

Enfance et Partage dispose d'un numéro vert, gratuit et anonyme : le 0800 05 12 34. C'est une ligne d’écoute, de soutien, de conseil et d’orientation pour les victimes mineures et les témoins de violences faites aux enfants. Il est ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter