Netflix fait-il baisser le taux de natalité ?

Famille
DirectLCI
LIBIDO - Netflix pourrait contribuer à la baisse de la natalité aux États-Unis. C'est en tout cas la conclusion d'une enquête menée par le Wall Street Journal, témoignages à l'appui.

On ferait moins "crac-crac" à cause de Netflix... Résultat, le taux de natalité est en baisse, notamment aux Etats-Unis. Voilà la conclusion à laquelle est arrivée le Wall Street Journal, sans s'embarrasser du raccourci, après avoir fait interroger par l'institut Survey Monkey un millier de personnes sur le sujet. Selon cette étude, une personne sur quatre préfère regarder un programme en streaming plutôt que d'avoir une activité sexuelle. Et le chiffre grimpe à 36 % chez les 18-38 ans ! A tel point que "certains jeunes couples qualifient la plateforme de streaming de nouveau contraceptif". 


Et cela aurait une conséquence indéniable pour le Wall Street Journal : le taux de natalité en Amérique décline, comme le confirme un rapport de l'American Enterprise Institute. "L'impact du divertissement en continu popularisé par Netflix, Amazon, Hulu et HBO serait une piste difficile à écarter", avance ainsi le quotidien américain, dont l'enquête a été rapportée par le magazine Le Point. Il cite divers exemples pour étayer son propos, comme cette jeune femme de 31 ans que son mari vient retrouver après avoir couché les enfants et qui préfère regarder un dessin animé plutôt que d'envisager autre chose. Ou cette chef d'entreprise de 36 ans qui affirme que 25 % des fois, elle et son mari choisissent Netflix plutôt que le sexe, malgré leur désir de concevoir un troisième enfant. "Il y a toujours un nouvel épisode de Schitt's Creek, dit-elle. Et nous sommes tellement bien sous la couverture, avec un verre de vin, que l'un de nous finit toujours par s'endormir". 

De son côté, le Dr Jean Twenge, professeur de psychologie à l'Université d'État de San Diego, avance une explication : "Autrefois, votre émission de télévision préférée était diffusée à 22 heures précises et les pauses commerciales donnaient aux gens une excuse pour parler à leur partenaire, dit-elle. Maintenant, si vous regardez quelque chose en streaming, le prochain épisode est immédiatement disponible, et il n'y a pas de publicité où vous pourriez vous regarder et dire : 'Chéri, tu es mignon ce soir'".


Accusé (à tort ?), Netflix a aussitôt réagi à cet article en niant toute responsabilité dans la baisse du taux de natalité, soulignant que ses abonnés ne passent en moyenne "que" deux heures par jour et par foyer à regarder ses programmes. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter