Voici comment vous devriez parler à votre bébé pour mieux développer son langage

Voici comment vous devriez parler à votre bébé pour mieux développer son langage
Famille

ÉTUDE - Parler lentement et clairement, avec des intonations exagérées, permet d'améliorer le développement du langage chez les nourrissons. Telle est la conclusion d'une étude de l’Université de Washington aux Etats-Unis, menée depuis deux ans auprès de 77 bébés. Explications...

Face à un nouveau-né, on est souvent tenté de parler avec des mots et des sons absurdes, persuadé qu'il ne peut guère comprendre autre chose. Mauvaise idée, rétorquent des scientifiques de l’Institut d’apprentissage et des sciences du cerveau (I-LABS) de l'université de Washington aux Etats-Unis qui mènent depuis 2018 une étude auprès d'un échantillon de 77 bébés, âgés de six mois au début de leurs investigations.

Leur conclusion, publiée cette semaine dans la revue américaine Pnas, est la suivante : si l'on veut aider un nourrisson à apprendre à parler, ce qui est important n'est pas ce qu'on lui dit mais la façon dont on le fait. Ainsi, parler de manière claire, distincte et lente, en utilisant beaucoup de voyelles et des intonations exagérées, aurait un impact direct sur son vocabulaire. Une forme de discours linguistique appelée par les chercheurs le "parentese" (parenté).

Lire aussi

Plus de vocabulaire à 14 mois

Pour s'en convaincre, les scientifiques ont séparé en deux groupes distincts les parents de 77 enfants. Un groupe "contrôle" où le langage des parents et des enfants était analysé durant 8 mois, et un groupe "coaching" où les parents ont appris à parler le "parentese". A l'aide d'un enregistreur audio transmis par l'équipe de recherche, tous les parents avaient pour mission de réaliser la captation d'un week-end entier en famille, lorsque leurs bébés avaient 6, 10 et 14 mois. 

Résultat, les chercheurs ont découvert que les bébés des familles coachées babillaient, en moyenne, dans 43% des enregistrements analysés, tandis que les bébés témoins ne le faisaint que dans 30% des enregistrements. De plus, à 14 mois, les bébés dont les parents ont reçu un coaching produisaient beaucoup plus de mots que les bébés de parents qui n'avaient pas été coachés.

"La plupart des parents savent que la quantité de langage que leur enfant entend est importante. Ce que nous avons partagé avec eux grâce au coaching, c'est que la façon dont ils parlent à leur bébé peut être encore plus importante", conclut Naja Ferjan Ramírez, chercheur à I-LABS et auteur principal de l'étude, interrogé par le magazine Science Daily.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent