Votre maison est un nid à plastique : voici 10 conseils pour vous en débarrasser

Famille
ZÉRO DÉCHET - Vernis à ongles, brosses à dents, lessive, bouteilles, yaourts, essuie-tout... Les produits en plastique sont partout dans la maison. Comment faire pour s'en débarrasser ? Dans le livre "J'arrête le plastique", Anne Thoumieux nous livre une mine de bonnes idées. Nous en avons sélectionné une dizaine.

Nous respirons du plastique, nous mangeons du plastique, nous portons du plastique, nos enfants jouent avec le plastique... C'est bien simple, ce matériau est PARTOUT ! Selon le WWF, 400 millions de tonnes sont produites dans le monde chaque année et 100 millions finissent dans la nature, avec les dégâts que l'on connaît, notamment dans les océans, mais avec aussi désormais de potentiels risques toxicologiques pour les humains. Pourtant, il suffirait de ne plus en acheter, en faisant fi par exemple des emballages, pour qu'il tende à disparaître. 


Un rêve de doux dingue ou de bobos branchés ? Pas vraiment, si l'on en croît Anne Thoumieux, auteure du livre "J'arrête le plastique" (Editions Leduc's Pratique) : "Un objet en plastique non acheté, c'est autant d'objets qui, en restant sur le carreau, indiquent aux marchés que la donne change. Seule la consommation et le boycott peuvent faire plier les industriels. C'est un mélange de conscience et de connaissance : comme on choisit aujourd'hui ses aliments, il faut choisir ce que l'on achète en intégrant la dimension plastique", dit-elle.


Alors bien sûr, on sait déjà que pour bien faire, il faut refuser les pailles en plastique (même si celles-ci seront interdites dans l'Union européenne à partir de 2021, comme tous les plastiques à usage unique d'ailleurs), boycotter les eaux minérales et jouer à fond le jeu du recyclage, sauf qu'on ne connaît pas toujours le contenu de ce que l'on achète. Ce qui donne parfois des infos surprenantes : saviez-vous par exemple "que le mégot de cigarette est la principale source de pollution des océans devant les sacs plastiques et les pailles, car l'un de ses composants, l'acétate de cellulose, est un plastique qui met plus de dix ans à se décomposer ?", avance Anne Thoumieux. En attendant, et puisqu'il est absolument partout dans la maison, l'auteure nous livre 10 conseils pour s'en débarrasser.

Zéro plastique dans la salle de bains

Zappez le vernis à ongles

"Il est aussi mauvais en terme d'emballage que de formule, souligne Anne Thoumieux. Il y a plusieurs astuces pour s'en passer : les accros pourront les choisir avec l'appellation "10 free", c'est-à-dire garanties sans les dix ingrédients les plus néfastes (SO'BIO, Kure Bazaar...) ou à base d'eau (Nailmatic, Monoprix...), dans des contenants avec bouchon en métal et non en plastique. Sinon, si vous aimez les ongles naturels, il vous reste une solution : blanchissez-les avec du bicarbonate de soude ou du citron, poncez pour faire briller et massez avec des beurres naturels (karité ou huile d'amande)".


Passez au shampooing solide

"Les shampooings solides se démocratisent et c'est tant mieux, se réjouit l'auteure. Aucun emballage et, en général, une formule green et naturelle. Il suffit de les faire mousser comme un savon, de les rincer et de les laisser sécher jusqu'à la fois suivante (Lush, Pachamamaï, Lamazuna...)". 


Dites adieu au rasoir jetable

"Passez au rasoir en inox, réutilisable à l'infini, dont la lame peut se changer. Vous ferez au passage une belle économie et éviterez de très nombreux déchets non recyclables ou non recyclés (environ 11 millions de rasoirs jetables partent à la poubelle CHAQUE JOUR !", s'insurge la jeune femme.

Zéro plastique pour le ménage

Remplacez l'adoucissant par du vinaigre blanc

"Et hop, une bouteille en moins", se félicite Anne Thoumieux. L'adoucissant chimique se remplace très bien par un mélange de vinaigre blanc, d'eau et pour le parfum, d'huiles essentielles. En bonus, c'est anticalcaire, ce qui est parfait pour entretenir sa machine à laver !".


Bannissez l'eau de javel

"Avez-vous déjà vu de l'eau de javel en cartons ?", lance l'auteure. "Eh bien non, elle est toujours plastifiée. De plus, elle est si puissamment antibactérienne qu'elle ne devrait être cantonnée qu'à un usage hospitalier ou collectif. Son utilisation accrue par les ménages pourrait même rendre certaines bactéries banales résistantes. A la place ? Un cocktail d'huiles essentielles assainissantes et naturelles", affirme-t-elle.

En vidéo

VIDÉO - L'instant pratique : on vous dit tout sur le vinaigre blanc

Zéro plastique dans la cuisine

Adoptez une gourde en inox

25 millions : c'est le nombre de bouteilles en plastique qui sont utilisées chaque jour en France. Un chiffre ahurissant qui nous pousse à repenser notre rapport à ce produit du quotidien dont on peut se passer d'une manière très simple : "en achetant une gourde ou un Thermos (plutôt en inox  qu'en aluminium pour son innocuité, sa recyclabilité et sa moindre consommation d'énergie à la fabrication), et en buvant de l'eau du robinet. Sinon, cherchez les bouteilles en verre ou préférez les canettes", souligne Anne Thoumieux.


Ne consommez plus les pots de yaourts en plastique

"Sachant qu'ils ne sont pas recyclés (ou commencent à peine à l'être), ils sont vraiment à éliminer au profit de pots en verre ou de recettes maison. Par ailleurs, les crèmes au chocolat des enfants peuvent être choisies en briques (bio), et il existe de gros pots en verre de yaourt aromatisé", conseille la jeune femme.


Cessez les gadgets culinaires

"L'huile à vaporiser, c'est pratique et la crème de vinaigre balsamique, c'est marrant pour faire des dessins dans l'assiette, mais ces flacons sont toujours en plastique. Transvasez plutôt vos huiles dans un vaporisateur rechargeable en verre et métal. D'autant que les microparticules font très bon ménage avec le gras, vous éviterez ainsi d'en ingérer", prévient l'auteure.

Zéro plastique avec les enfants

Refusez les jouets en plastique, même pour le bain

"Vous avez à la place l'embarras du choix : peluches, poupées en coton, livres, jouets en bois, billes, et dans le bain : de petits jouets en inox, un bateau en bois ou encore des jouets en caoutchouc pur... Les idées ne manquent pas quand on veut réduire le plastique, dit Anne Thoumieux.


Exit les dosettes de sérum physiologique

"On dirait que les pédiatres, sages-femmes et infirmières se sont donnés le mot pour prescrire à tout va ces petites fioles en plastique !, s'insurge l'auteure. En fait, il s'agit d'eau purifiée et de sel, 9g/l, que l'on peut très bien faire soi-même : prenez 50 ml d'eau préalablement bouillie ou filtrée, ajoutez 4,5 g de sel (un peu moins d'une cuillerée à café) dans un flacon en verre et remuez jusqu'à dissolution complète. Utilisez une pipette de pharmacie ou un coton pour l'administrer. Les économies, on en parle ?", ironise-t-elle.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter