"Bande de filles" : Céline Sciamma peut dire merci à Rihanna

Festival de Cannes
RENCONTRE - Après "La naissance des pieuvres", sélectionné à Un Certain regard en 2007, et le très remarqué "Tomboy", la cinéaste française revient à Cannes avec "Bande de filles".

Dans La naissance des pieuvres, son premier long-métrage réalisé après sa sortie de la FEMIS,  Céline Sciamma filmait l’éveil au désir et l’homosexualité d’adolescentes. Dans Tomboy, elle tirait le portrait d’une fillette qui s’inventait garçon pour s’intégrer dans son quartier. Aujourd’hui, dans Bande de filles, qui fait l’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, elle conte l’aventure initiatique d’une ado des banlieues qui rejoint un groupe de filles libres, affirmées et conquérantes pour s’affranchir des codes de son milieu.

"Je poursuis mon trajet de mise en scène en continuant à parler de la banlieue, de la constitution de l’identité féminine et des pressions autour du féminin", explique à metronews la réalisatrice de 33 ans.  "L’idée était de faire un ultime récit d’initiation, d’émancipation et de jeunesse, dans son romanesque et son classicisme mais avec un précipité de contemporain que sont ces jeunes filles. Mais ce n’est pas un film sur les filles de banlieue : un personnage victorien corseté pourrait avoir le même type d’impasse identitaire que mon héroïne".

"Diamonds", le tube d'une génération

Laquelle est incarnée par une débutante trouvée via casting sauvage (aux Halles, à la Défense...), à l’instar de ses copines dont l’énergie, le style, la tchatche et le naturel dominent ce film viscéral, universel et musical. "Je voulais être dans une stylisation qui passait aussi bien par la lumière et le cadre que par la B.O.".

Si elle a fait appel à Para One, son compositeur attitré depuis La Naissance des pieuvres, le tube "Diamonds" de Rihanna s’invite dans une sublime séquence où le quatuor d’ados lâche prise. "C’est l’artiste que j’associe à cette jeunesse et à une époque. Mais avoir les droits a été difficile: il a fallu montrer la scène à Rihanna et ses équipes pour les obtenir. Ils l’ont trouvée cool, or ces gens sont les rois du cool". Et Céline Sciamma, elle, en est définitivement la reine.

Lire et commenter