Barry Ward écrit sa légende avec "Jimmy’s hall"

FESTIVAL DE CANNES
DirectLCI
RENCONTRE - Sélectionné en compétition, Ken Loach renoue avec ses marottes gauchistes et révèle surtout un excellent acteur, Barry Ward.

En 2006, Ken Loach recevait la récompense suprême du festival de Cannes pour Le vent se lève. Huit ans après, le revoilà sur la Croisette avec un film dans la droite lignée de cette Palme d’or et inspiré d’une histoire vraie. Dans Jimmy’s hall, le réalisateur britannique tire le portrait de Jimmy Gralton qui, après un exil forcé aux Etats-Unis, revient dans son Irlande natale dans les années 30 et se met à dos l’Eglise et l’IRA, mécontents qu’il ait relancé son dancing et centre culturel pour les jeunes de sa campagne.

"Jimmy était un esprit libre, un homme généreux, altruiste et prêt à tout pour défendre ses convictions. Il était porteur d’espoir pour toute sa communauté à une époque où la situation économique et politique était plus que difficile", nous confie Barry Ward, interprète du personnage titre et révélation de ce 67e Festival de Cannes. Charismatique et sexy, l’acteur irlandais trouve grâce à Ken Loach son premier grand rôle sur grand écran. "Je m’identifie beaucoup à Jimmy, notamment dans son rapport à la jeunesse. Sans doute parce que je suis enseignant à mes heures perdues".

Il donne des cours de théâtre pour boucler ses fins de mois

S’il a commencé à l’âge de 13 ans dans Family, une série télé de Michael Winterbottom, le trentenaire ne vit pas encore totalement de sa passion malgré des rôles au théâtre, à la télévision et quelques participations dans des films. "Je boucle mes fins de mois en préparant des étudiants pour leurs examens mais j’espère que Jimmy’s Hall changera la donne. Etre à Cannes en compétition est déjà un grand pas en avant".

En effet : il y a deux ans, Barry arpentait la croisette en anonyme, pour voir des films. Cette année, il espère croiser les frères Dardenne, ses idoles avec Michael Haneke, les frères Coen et David Lynch. "J’adorerais tourner avec ces grands réalisateurs. Cela dit, si Ken Loach veut me confier un autre rôle, je suis partant". 

Lire et commenter