Cannes 2014 - "Loin de mon père", une redite éprouvante sur l'inceste

FESTIVAL DE CANNES
DirectLCI
UN CERTAIN REGARD – C'est sûr, le nouveau film de la réalisatrice israélienne Keren Yedaya n'est pas fait pour plaire. En montrant la relation incestueuse et violente entre un père et sa fille, "Loin de mon père" réussit à flanquer la nausée en échouant à susciter de nouvelles réflexions.

Une jeune fille et un homme d'âge mûr vivent ensemble dans un appartement de Tel Aviv. Violent et manipulateur, il s'agite sur elle comme un animal ; elle, en plein syndrome de Stockholm, est boulimique et se taillade les bras au cutter pour oublier sa souffrance. A ce charmant tableau s'ajoute un détail : Moshe et Tami sont père et fille. Leur relation malsaine s'étire sur une heure et demie éprouvante, où l'on secoue la tête, atterré devant une telle accumulation de scènes glauques.

Rien de nouveau sur l'horreur de l'inceste

Il la saute, elle vomit, il la saute, elle se charcute, il la saute, elle lui dit qu'elle l'aime, il lui impose sa maîtresse, elle s'enfuit et laisse une bande de jeunes lui passer dessus sur la plage. Mauvaise idée que d'avoir programmé Loin de mon père à 14 heures : le déjeuner d'un bon nombre de spectateurs a eu du mal à passer.

Que nous apprend la réalisatrice israélienne Keren Yedaya, Caméra d'or en 2004 pour Or (Mon trésor), dans ce film qui ne dit rien de nouveau sur l'inceste, son rapport de forces totalement déséquilibré, la folie du bourreau et l'impuissance de la victime. On voudrait nous faire croire que la victime est un peu consentante ? Quelle subversion ! Ce n'est pas le sujet qui dérange, mais cette absence de regard inédit, ce pas de côté qui nous ferait réfléchir à autre chose qu'à l'horreur de la situation et à ses effets dévastateurs.

S'il fallait sauver une seule chose, ce serait le courage de Mayaan Turjeman, la jeune actrice qui joue Tami, si dévastée qu'on éprouve une grande pitié pour elle – mais pas d'empathie, la nuance est là. "Je ne mérite pas ça", rugit Moshe en la giflant. Elle non plus. Nous non plus.

Lire et commenter