Cannes 2016 : Les "Nice guys" de Ryan Gosling et Russell Crowe sont–ils vraiment sympas ?

Cannes 2016 : Les "Nice guys" de Ryan Gosling et Russell Crowe sont–ils vraiment sympas ?

BUDDY MOVIE - Le réalisateur de "Kiss Kiss bang bang" débarque sur la croisette avec une comédie policière pop et sexy, boostée par son duo d’acteurs. En salle aujourd’hui, "The Nice guys" a conquis la rédaction de Metronews.

En 2005, Shane Black redorait le blason de Robert Downey Junior et Val Kilmer en leur offrant le délirant Kiss Kiss Bang Bang sur un plateau. Onze ans et un Iron man plus tard (le 3, le moins réussi), le cinéaste américain remet le couvert avec un nouveau film de duo, lui aussi présenté à Cannes hors compétition. Drôle et nerveux, The Nice Guys accorde une respiration sous acide aux festivaliers. Explications.

Un exercice de style maîtrisé
Direction les seventies pour Russell Crowe et Ryan Gosling. Les deux comédiens jouent ici les détectives privés en cols pelle-à-tarte et enquêtent sur le prétendu suicide d’une starlette. Mais peu importe la mission : ce sont en réalité le décor vintage, la B.O oldies (The Temptations, Earth, Wind and Fire...) et les costumes moulants de Ryan Gosling qui envoient ce long-métrage au scénario assez banal dans d’autres sphères, plus rock n’roll.

Un ton décomplexé
The Nice guys n’a aucune autre prétention que de divertir avec soin. Renouant avec l’esprit de Kiss kiss bang bang, Shane black ose l’humour potache, avec dialogues gentiment irrévérencieux et sympathiques running gags en bonus (les chutes vertigineuses de Ryan Gosling). Même combat dans l’action : ça cogne, ça dézingue, surtout du côté de Russell Crowe assurant majoritairement et très efficacement la fonction de Monsieur Muscles.

L’autodérision de son tandem
Exception faite peut-être de L’homme aux poings de fer, sorte de resucée amusante de Tarantino, Russell Crowe n’avait jamais tourné dans une comédie. Le genre lui va pourtant comme un gant. L’acteur, dans la peau d’un homme de mains expéditif et méchant, prend visiblement un malin plaisir à castagner, malmener et ridiculiser Ryan Gosling, parfait en détective naïf et maladroit, voire carrément crétin.

A LIRE AUSSI
>> Interview de Bérénice Béjo pour L'Economie du couple
>> Mademoiselle, un thriller lesbien ringard
>> Mais au fait, Lily-Rose Depp est-elle une bonne actrice ?

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

Lire et commenter