Cannes 2018 : On a vu "Solo", le nouveau spin-off de "Star Wars", et c’est un pur shoot d’adrénaline

ON AIME – La Croisette a pu découvrir ce mardi soir "Solo", le spin-off de la saga "Star Wars" consacré à la jeunesse du célèbre contrebandier. Et le résultat est à la hauteur des attentes, malin et sans temps mort, avec un Alden Ehrenreich largement à hauteur de son modèle Harrison Ford. LCI vous raconte.

Les pires rumeurs ont circulé au sujet de "Solo", le deuxième spin-off de la saga "Star Wars" après le très sombre "Rogue One", fin 2016. Dès le tournage, marqué par le départ surprise des réalisateurs Chris Lord et Phil Miller, remplacés par le vétéran Ron Howard, les mauvaises langues assuraient qu’un coach avait du être engagé pour recadrer Alden Ehrenreich, le comédien choisi pour raconter la jeunesse du personnage incarné dans la première trilogie par Harrison Ford. Si c’est le cas, il a bien travaillé…  Car dès les premières minutes du film, le Californien révélé voilà dix ans par Coppola dans "Tetro" balaie tous les doutes. Sans chercher l’imitation parfaite, il emprunte à son illustre prédécesseur ses sourires en coin, ses poses de beau gosse et son débit nonchalant. Mais dans une version plus sensible, voire naïve.

Au début du film, Han survit sur la planète Corellia, placé sous la coupe de la mystérieuse Lady Proxima. Prêt à tout pour les beaux yeux de la belle Qi’ra (Emilia Clarke de "Game of Thrones"), il a monté une arnaque qui va leur permettre de s’échapper avec le pactole. Mais dans sa fuite, le couple est séparé. La jeune femme reste sur Corellia tandis que son compagnon rejoint l’école de pilotage de l’Empire. Viré pour insubordination, on le retrouve trois ans plus tard sur le champ de bataille où il fait la rencontre de Tobia Beckett (Woody Harrelson), un escroc à la petite semaine, et de Val (Thandie Newton), sa girlfriend. Mais aussi d’un certain Chewbacca (Joona Suatomo), vous savez ce géant poilu qui va devenir son meilleur pote pour la vie…

 

Là où "Rogue One" s’inspirait des grands films de guerre d’autrefois, "Solo" se la joue gangster-movie monté sur ressort,  un pur shoot d’adrénaline alternant petites trahisons galactiques et grandes scènes d’action spectaculaires. C’est mené tambour-battant, dans un mélange de décors numériques et naturels de toute beauté. L’intrigue imaginé par Lawrence Kasdan ("L’Empire contre-attaque", "Le Retour du Jedi") et son fils Jake se double d’un récit initiatique afin d’éclairer la psychologie du brigand charismatique que va devenir Han dans les films de notre enfance. Comme "Rogue One", par contre, "Solo" multiplie les références astucieuses à la première trilogie, jusqu’à cette apparition qui va faire rougir les fans hardcore. Mais chut, on n’en dira pas plus d’ici la sortie en France, le 23 mai prochain.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2018

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter