Qui est Manal Issa, la comédienne qui a affiché son soutien à Gaza sur le tapis rouge de "Solo" ?

ZOOM – Elle a fait sensation, mardi 15 mai au soir, en brandissant une pancarte contre la répression israélienne à Gaza, sur les marches du Palais des Festivals. Ancienne élève-ingénieure, l’actrice franco-libanaise Manal Issa est cette année à Cannes la vedette du film syrien "Mon Tissu préféré", présenté en sélection "Un certain regard".

C’est un happening qui n’a pas échappé aux photographes. Ni aux réseaux sociaux où son geste a été vivement commenté, dans la soirée du mardi 15 mai. Manal Issa, comédienne franco-libanaise de 26 ans, montait les marches du Palais des Festivals lorsqu’elle a sorti de son sac à main une banderole sur laquelle était inscrit "Stop the Attack on Gaza" - "Arrêtez l'attaque sur Gaza". Un geste qui a donc été immortalisé par les photographes avant que le service d'ordre lui demande de ranger la feuille sur laquelle elle avait inscrit ces quelques mots au feutre rouge.


Sa façon à elle, sans doute, de réagir aux violences qui viennent d’avoir lieu au Proche-Orient cette semaine, suscitant la colère de la communauté internationale. Près de 60 manifestants palestiniens ont en effet été tués par l'armée israélienne, dont les tirs ont également fait 2400 blessés, faisant du lundi 14 mai la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis 2014.

Peu connue du grand public, Manal Issa est cette année à Cannes la vedette de "Mon Tissu Préféré", le premier film de la réalisatrice syrienne Gaya Jiji présenté en sélection "Un certain regard". Elle y incarne Nahla, une jeune femme célibataire qui tente de conquérir un expatrié venu des Etats-Unis, mais qui lui préfère sa sœur. Cette chronique de la jeunesse syrienne, qui a reçu des critiques élogieuses, se déroule en 2011, dans un pays au bord de la guerre civile. Pour des raisons de sécurité évidentes, la cinéaste a été contrainte de tourner à Istanbul.

Avant ce premier rôle fort, Manal Issa avait été révélée en 2015 dans "Peur de rien", le film de Daniel Arbid avec Vincent Lacoste, dans lequel elle incarnait une Libanaise débarquant à Paris pour poursuivre ses études. Une comédie dramatique pas si éloignée du vrai parcours de la comédienne, née à Neuilly-sur-Seine avant d’emménager à Beyrouth avec ses parents à l’âge de 3 ans. Après des études d’ingénieur, cette férue de robotique revient s’installer en France en 2006 lorsque le conflit israélo-libanais éclate.

"Jusque-là, j'avais été obsédée par mes études, Danielle a révélé l'artiste en moi", confiait-elle à L’Express alors qu’elle venait de remporter le prix d'interprétation féminine au festival des Arcs. "Comme elle, je suis originaire d'un village libanais ; et athée et révolutionnaire, bien qu'issue d'une famille religieuse." Depuis, on l’a notamment vue en 2016 dans "Nocturama", le film de Bertand Bonello qui mettait en scène un groupe de jeunes de différents milieux et origines sociales qui orchestrait une série d’attentats dans Paris. Pour la découvrir dans "Mon Tissu Préféré", il faudra patienter jusqu’au 18 juillet prochain.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2018

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter