Cannes 2019 : elles ont monté les marches pour défendre le droit à l’IVG

Festival de Cannes
MILITANTES - Une montée des marches réunissant des femmes revendiquant le droit à l’IVG s’est tenue ce samedi dans le cadre de la projection d’un documentaire du réalisateur franco-argentin Juan Solanas.

Des militantes du Planning familial, de la Fondation des Femmes et des anonymes ont gravi les marches du Palais du Festival vers ce samedi après-midi pour assister à la présentation du documentaire du Franco-argentin Juan Solanas, "Que sea ley" (Une loi, vite !), consacré au combat des Argentines pour obtenir le droit à l’avortement.


Toutes portaient des vêtements de couleur verte, emblème de la lutte pour la légalisation de l’avortement qui a embrasé l’Argentine en 2018. Si le projet de loi a été adopté par la Chambre des députés, il a été ensuite rejeté par le Sénat. Dans son film, Juan Solanas, 52 ans, a parcouru pendant huit mois le pays pour recueillir des témoignages dans les provinces les plus éloignées de la capitale Buenos Aires.

"J'ai ressenti de la colère, de l'indignation", a confié à l’AFP Juan Solanas, dont le père, également cinéaste et sénateur, a voté en faveur du texte. "La nuit du vote au Sénat, j'étais transi par le froid, la pluie, la caméra a failli se casser. Mais je suis resté fasciné par le talent, la vigueur, et la créativité du mouvement vert", raconte-t-il.


"J'ai été ému de voir à la télévision ce mouvement de femmes, merveilleux, super-puissant. Je suis tombé amoureux, cela a été un choc. Ces femmes sont incroyables", insiste Juan Solanas qui se défend d'avoir réalisé un pamphlet et souligne qu'il donne aussi la parole aux opposants à la légalisation de l'avortement, qui arborent un foulard bleu ciel.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter