Elton John, Maradona, la Carioca... ces 5 légendes qui vont remuer le 72e Festival de Cannes !

Festival de Cannes
ZOOM - La 72e édition du Festival de Cannes se déroulera du 14 au 25 mai prochain. Avec une sélection de films alléchante. Et quelques invités spéciaux qui promettent de faire de bruit, d’une manière ou d’une autre…

Pedro Almodóvar, Ken Loach, Xavier Dolan, Terrence Malick, les frères Dardenne… Même en l’absence de Quentin Tarantino, pas encore prêt, la sélection du 72e Festival de Cannes a fière allure. Reste que la Croisette a besoin d’icônes pour (re)écrire sa légende. Et cette année, les organisateurs ont mis le paquet, jugez plutôt.

Elton John pour lancer "Rocket Man"

Le 16 mai prochain, le chanteur britannique viendra assister à l’avant-première mondiale de "Rocket Man", le biopic de Dexter Fletcher dans lequel il est interprété par Taron Egerton ("Kingsman"). La date n’a pas été choisie au hasard puisqu’il s’agit d’un jour off dans la tournée d’adieux de la star, qui jouera en France en juin à Lille, Paris, Bordeaux et Nîmes. Après U2, qui avait donné un concert sur les marches du Palais des Festivals en 2007, Sir Elton pourrait-il pousser la chansonnette sur la scène du Grand Théâtre Lumière ? "Un piano sera caché derrière le rideau", s’est avancé Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, lors de l’annonce de la sélection officielle.

Alain Delon pour sa Palme à lui tout seul

Il s’est fait prier, comme souvent. Le monstre sacré du cinéma français viendra recevoir la Palme d’honneur du 72e Festival de Cannes, lui a qui pour la première fois monté les marches en 1961 avec "Quelle joie de vivre", de René Clément. Il y a ensuite eu "L’Eclipse" de Michelangelo Antonioni en 1962, "Le Guépard" de Luchino Visconti, Palme d’or en 1963, "Monsieur Klein" de Joseph Losey en 1976 puis "Nouvelle Vague" de Jean-Luc Godard en 1990. "Il nous a longtemps refusé cette Palme d’or car il estimait ne devoir venir à Cannes que pour célébrer les metteurs en scène qui l’ont choisi dans sa carrière", raconte Thierry Frémaux. Modeste ? Non, Delon. Pour autant, cette palme fait débat : en témoigne la pétition lancée contre cette récompense pour l'acteur, pointé du doigt pour être un homme "raciste, homophobe et misogyne"

Claude Lelouch avec un homme et une femme

Des planches de Deauville à la Croisette, il n’y a qu’un pas. En 1966, Claude Lelouch décrochait la Palme d’or avec "Un homme et une femme" et donnait naissance à un couple mythique formé par Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimé. Le réalisateur réunira ses deux comédiens pour une première suite, en 1986. Il les a retrouvés à l’automne dernier pour tourner "Les Plus Belles Années d’une vie", qui sera présenté cette année hors compétition. La promesse d’une standing ovation bouleversante pour Lelouch et ses icônes. Et l’occasion de réentendre le "chabadabada" mythique du compositeur Francis Lai, décédé en novembre dernier.

Diego Maradona dans la chaleur napolitaine

Son parcours est une source d’inspiration inépuisable. En 2008, Diego Maradona en personne venait sur la Croisette présenter le film que lui consacrait le cinéaste serbe Emir Kusturica, grand admirateur devant l’éternel. Alors qu’une série sur sa vie est encore de tournage pour Amazon Prime, l’ancien meneur de jeu argentin, 58 ans, sera de retour sur la Croisette pour défendre un nouveau documentaire, sobrement baptisé "Diego Maradona". Derrière la caméra, le réalisateur britannique Asif Kapadia auquel on doit déjà les superbes "Senna" et "Amy". Avec comme point de départ des archives inédites et saisissantes tournées en 1981 lors de l’arrivée du joueur à Naples, où il a écrit une grande partie de sa légende.

Les Nuls sans La Carioca ?

25 ans après la sortie de "La Cité de la peur", Alain Chabat, Chantal Lauby et Dominique Farrugia viendront en présenter une version restaurée dans le cadre de Cannes Classics.  Un bel hommage pour cette comédie policière qui se déroulait durant la manifestation cinématographique, avec comme point d’orgue la célèbre Carioca dansée par Alain Chabat et Gérard Darmon sur la scène du Palais des Festivals. Un duo improbable que rêvent de voir se reformer les 37.000 signataires d’une pétition en ligne. "Chabat est tellement perfectionniste que je ne suis pas sûr qu'ils puissent le convaincre de refaire une danse gravée dans notre imaginaire à tous", estime le président du Festival Pierre Lescure. Vraiment ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter