Le plateau du "Grand Journal" envahi par des intermittents du spectacle

Le plateau du "Grand Journal" envahi par des intermittents du spectacle

CONFLIT - Les intermittents du spectacle ont récidivé. Ce mercredi soir, ces derniers ont envahi le plateau du "Grand Journal" sur Canal + et d'i-Télé.

La tentation était trop forte. Ce mercredi soir sur Canal +, vers 20h15, le plateau du Grand Journal, installé sur la Croisette, a été envahi par des intermittents du spectacle . Alors qu'Antoine de Caunes accueillait Lambert Wilson , maître de cérémonie de cette 67e édition du Festival de Cannes, il a soudainement été interrompu par plusieurs individus.

La régie de l'émission a alors diffusé des images de l'ouverture de l'événement cinématographique , où le comédien dansait avec Nicole Kidman. En reprenant l'antenne, en direct, Antoine de Caunes a promis aux intermittents de leur laisser la parole demain dans Le Grand Journal.

Et de deux...

Il s'agit aujourd'hui de la deuxième intervention des intermittents du spectacle. Ce mercredi, vers 19h30, le direct d'i>Télé a été interrompu par une dizaine de personnes pendant la cérémonie d'ouverture du Festival de Cannes. Selon le présentateur Olivier Benkemoun, qui a installé son plateau aux abords des marches du palais des festivals, les individus l'ont pris à partie alors qu'il commentait en direct l'événement.

"L'homme a estimé que l'on ne parlait pas assez des intermittents, a expliqué le journaliste de la chaîne d'information à l'AFP.  La chaîne n'a pas eu d'autre solution que d'interrompre le direct". Olivier Benkemoun n'ayant fait l'objet d'aucune violence, i>Télé ne devrait pas porter plainte.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid

Lire et commenter