"Much Loved" : la comédienne marocaine Loubna Abidar menacée de mort

"Much Loved" : la comédienne marocaine Loubna Abidar menacée de mort

DirectLCI
POLEMIQUE – Présenté au Festival de Cannes, "Much Loved" met en scène le quotidien de plusieurs prostituées marocaines. Alors que le film de Nabil Ayouch vient d'être interdit par les autorités locales, sa comédienne, Loubna Abidar, révèle avoir reçu des menaces de mort.

La prostitution ? Un sujet qui fâche certains au Maroc. Suite à la présentation de Much Loved, le film de Nabil Ayouch, la semaine dernière dans le cadre du 68e Festival de Cannes, le gouvernement, emmené par les islamistes du parti Justice et développement (PJD), a annoncé lundi qu'il ne serait pas autorisé dans les salles du pays.

Une équipe du Centre cinématographique marocain (CCM), instance chargée de délivrer les visas d'exploitation, "a regardé le film lors de sa projection dans le cadre d'un festival international", pouvait-on lire dans un communiqué du ministère de la Communication. "Il comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l'image du royaume."

"C'est seulement du cinéma"

Cette interdiction ne semble pas calmer la colère de tous. Sur son compte Twitter, la comédienne Loubna Abdidar révèle avoir reçu des menaces de mort ces derniers jours. "Imaginez un étranger qui appelle vos parents pour leur dire que leur fille va mourir", écrit-elle. "C'est seulement du cinéma, du cinéma. Les gens qui nous appellent au téléphone pour m'insulter moi et mes parents je ne sais pas comment ils ont fait pour avoir notre téléphone. C'est honteux."

Pour tourner son film, Nabil Ayouch a rencontré entre 200 et 300 jeunes femmes qui sont, ou ont été, des prostituées. "La prostitution est autour de nous et au lieu de refuser de la voir, il faut essayer de comprendre comment des femmes qui ont eu un parcours difficile ont pu en arriver là", expliquait-il à Cannes pour défendre sa démarche.

A LIRE AUSSI >> Notre critique de Much Loved, le film de Nabil Ayouch

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter