VIDÉO - "Je suis, je ne vous l’apprends pas, une star" : notre entretien avec Alain Delon à Cannes

Festival de Cannes
INTERVIEW - Alain Delon a répondu aux questions de TF1 avant de recevoir une Palme d’honneur des mains de sa fille Anouchka, dimanche à Cannes. Son premier séjour sur la Croisette, l’amour du public et la place des femmes dans son parcours... Morceaux choisis.

C’est un Alain Delon un peu fatigué, mais souriant, qui a répondu aux questions de Sophie de Vaissière pour le 20h de TF1, depuis un palace de la Croisette. Quelques heures avant de recevoir une Palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, des mains de sa fille Anouchka, l’acteur, âgé de 83 ans, a avoué qu’il avait plusieurs fois refusé l’invitation des organisateurs du Festival de Cannes à lui rendre hommage.


 "J’ai hésité pour la bonne raison que je respectais ceux à qui je devais d’être ce que je suis, qui m’ont tout appris, qui sont mes maîtres", a-t-il expliqué. "J’étais entre leurs mains comme un premier violon ou un premier pianiste. Mais j’avais besoin d’un Karajan avec moi [chef d'orchestre célèbre, ndlr]. Mes Karajan, c’était Visconti, Melville, Clément, Losey… Quand ils [les organisateurs du festival de Cannes, ndlr] sont revenus voir j’ai dit ‘Je ne vois pas ce que je peux faire d’autre puisqu’ils sont tous morts’. Mais c’est à eux que j’aurais aimé qu’on remette une Palme d’or."

Après avoir réagi chez nos confrères du "Figaro "et du "Journal du Dimanche", Alain Delon n’a pas souhaité s’exprimer sur la pétition en ligne lancée par une association féministe américaine réclamant l’annulation de l’hommage de Cannes, en raison de propos jugés homophobes et misogynes. Mais il est longuement revenu sur la place qu’ont occupé les femmes dans son parcours d’acteur. 


"En dehors du public, je dois ma carrière aux femmes", a-t-il confié. "Je suis ce que je suis au cinéma à cause des femmes qui étaient amoureuses de moi. Des femmes qui avaient envie que je fasse ce métier. Elles s’appellent Michèle Cordou, Brigitte Auber [deux comédiennes des années 1950 qui l’ont aidé à décrocher ses premiers rôles, ndlr]. Elle se sont battues pour que je fasse ce métier. Sinon, je serais mort depuis longtemps."

Alain Delon à Cannes, c’est aussi une tradition de bains de foule, parfois spectaculaires, sous les flashes des photographes. Si à 83 ans, il s’est montré moins expansif sur la Croisette, il ne se lasse pas des témoignages d’affection de ses fans. "Je suis, je ne vous l’apprends pas, une star", annonce-t-il, avec un regard malicieux. "Mais c’est au public que je le dois. Ce sont eux qui m’ont fait star. Ce qui me bouleverse le plus, c’est que les gens s’approchent de moi très souvent et me disent merci. Mais moi je ne suis pas un grand médecin, un grand docteur. Je suis un acteur."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Festival de Cannes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter