PSG-Dortmund à huis clos : quelles pertes économiques pour le club de la capitale ?

PSG-Dortmund à huis clos : quelles pertes économiques pour le club de la capitale ?
Football

MANQUE À GAGNER - Le huitième de finale retour de Ligue des champions entre le PSG et le Borussia Dortmund se jouera à huis clos mercredi soir, sait-on depuis ce lundi. Si cette décision peut se révéler préjudiciable pour les hommes de Thomas Tuchel, qui ne pourront pas compter sur leurs supporters, des conséquences non-négligeables sur le plan économique sont également à prévoir.

Comme attendu, le huitième de finale retour de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et le Borussia Dortmund se déroulera à huis clos, a annoncé la préfecture de police de Paris ce lundi. Dans la foulée, le PSG a réagi sur son site officiel : "Le Paris Saint-Germain prend acte de la décision de la Préfecture de police de faire jouer le match du mercredi 11 mars 2020 opposant le Paris Saint-Germain au Borussia Dortmund à huis clos."

"Dans ce contexte, les équipes du club restent pleinement mobilisées pour organiser la rencontre dans les meilleures conditions possibles. Les supporters ayant acheté leurs billets sur billetterie.psg.fr et ticketplace.psg.fr ainsi que les abonnés seront informés très prochainement des modalités proposées par le Paris Saint-Germain" a ajouté le club de la capitale.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Un trou de 5 millions d'euros ?

S’il s’agit d’une mauvaise nouvelle aussi bien pour les joueurs et les supporters d’un point de vue sportif, ce huis clos va également avoir des conséquences non-négligeables sur le plan économique. La facture pourrait s’élever à près de 5 millions d’euros nets,  selon L’Equipe et Le Parisien. Un montant qui, alors que des questions d'assurance ne manqueront pas de se poser, prend en compte la billetterie, les loges, la restauration mais aussi le coût de la mise en place de la sécurité, de l’organisation et de l’accueil des supporters. 

Lire aussi

A titre de comparaison, les recettes de billetterie du huitième de finale de Ligue des champions ayant opposé à Lyon à la Juventus le 26 février dernier, étaient estimées entre 3 et 4 millions d’euros par Luc Arrondel, directeur de recherche au CNRS et chercheur à l'École d'économie de Paris (PSE), que nous avions interrogé deux jours après la victoire de l'OL.

"Les recettes billetterie pour ce match de Ligue des champions sont évaluées entre 3 et 4 millions d'euros. Cet enjeu financier n'est pas de nature à faire courir des risques inconsidérés à des personnes. Dans le cas contraire, ce serait de l'insouciance" déclarait-il, alors que le match retour à Turin, prévu le 17 mars prochain, est également menacé d’un huis clos voire d’un report. 

Atténuer les effets du coronavirus sur l'économie des clubs - que ce soit l'OL ou le PSG - passerait avant tout par une qualification pour les quarts de finale. Si elle venait à atteindre ce niveau de la compétition, chaque équipe percevrait 10.5 millions d'euros.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent