A 100 jours du Mondial, l'ombre de la compétition plane sur le Carnaval

A 100 jours du Mondial, l'ombre de la compétition plane sur le Carnaval

Football
DirectLCI
REPORTAGE - A cent jours de la Coupe du monde, le Brésil vit surtout à l'heure du carnaval. Comme une parenthèse enchantée au milieu des soucis que soulève l'organisation de la plus prestigieuse des compétitions de "futebol". Pour les autorités en charge de la sécurité, et alors que des millions de fêtards envahissent les rues, il s'agit surtout de réviser leurs gammes avec ce test grandeur nature.

Les visages sont fatigués, mais joyeux. Depuis samedi matin et jusqu'à mardi, les Brésiliens descendent dans les rues au rythme de la samba et du frevo, loin des préoccupations liées au Mondial, presque sourds à la grève des éboueurs qui réclament une revalorisation de leurs salaires. Pour les autorités, il s'agit d'un dernier examen avant la Coupe du monde, qui débutera dans cent jours.

Dans le Sambodrome de Rio de Janeiro , les écoles de samba défilent les unes après les autres. Samedi, 1,3 million de personnes se massaient dans le centre-ville. A Olinda, ville jumelle de Recife, les musiciens des "blocs"se fondent dans la foule, massée entre les maisons colorées typiques. Super-héros en tout genre, policières accompagnées de leurs prisonniers, peintres munis de leur pinceau et prêts à colorer leurs voisins...

Une foule digne d'un Mondial

"Demain, il faudra éviter de passer devant chez nous : nous allons tous nous peindre en noir, en référence au pétrole. Le but est de salir le plus de personnes !", prévient, rieur, Adenildo, 27 ans, qui a loué une maison à Olinda pour être au cœur de la fête. Les préoccupations liées au Mondial semblent loin d'occuper les esprits des fêtards, pourtant, côté autorité, l'événement fait office de répétition générale avant la grande fête du futebol dont le coup d'envoi sera donné le 12 juin prochain.

Sur toute la durée du carnaval, la municipalité de Rio de Janeiro prévoyait ainsi de voir cinq millions de personnes défiler dans les rues, dont 918 000 touristes. Un test grandeur nature : "C'est une année très importante pour nous. Avec la Coupe du Monde, les yeux du monde entier vont être braqués sur nous", a admis le Secrétaire municipal du tourisme, Antonio Pedro Figueira de Mello, fin janvier.

Du côté de Recife , qui accueillera aussi le Mondial, 800 000 touristes étaient attendus. Et pour renforcer la sécurité de l'événement, 550 gardes municipaux - 338 de plus que l'an passé - ont été déployés. Les deux villes ont aussi décidé d'investir dans des ballons dirigeables munis de caméra de surveillance, une première. Surtout, un rodage avant le Mondial.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter