"A Marseille, les joueurs ne doivent même plus sortir, sinon ils sont foutus"

"A Marseille, les joueurs ne doivent même plus sortir, sinon ils sont foutus"

INTERVIEW - Aujourd’hui en Australie, au Central Coast Mariners, Jacques Faty s’intéresse toujours à deux de ses anciens clubs, Marseille et Sochaux, qui s’affrontent ce mercredi en demi-finale de la Coupe de France. Le défenseur sénégalais croit les Lionceaux capables de battre des Phocéens qui "n’arrivent plus à gagner un match". Entretien.

Que pensez-vous de la situation compliquée de l’OM (NDLR, entretien réalisé avant la destitution de Michel) ?
Comme tout le monde, ce n’est pas difficile de faire un compte rendu de la saison. Par contre, je ne m’attendais pas du tout à ce que le club soit mis en vente aussi rapidement même au niveau des résultats et des investissements ce n’était pas terrible. Ils auraient pu attendre la fin de la saison. Il faut que le club soit géré par des passionnés, par des gens qui respirent pour le football.

Est-ce que vous les voyez descendre en Ligue 2 ?
Tout est possible avec l’OM. Attention, tant que mathématiquement, ils ne sont pas sauvés, tout est possible. Ils n’arrivent même plus à gagner un match, c’est extrêmement grave. J’ai rarement vu une équipe et une saison aussi faible de la part de l’Olympique de Marseille, même s’il y a des bons joueurs comme Mandanda ou Lassana Diarra. Pour les joueurs, cette situation doit être terrible. Ils ne doivent pas en dormir. Ils ne doivent même plus sortir dehors. S’ils sortent à cette heure-là à Marseille, ils sont foutus.

Comment gère-t-on la pression quand on est joueur à l’OM ?
Quand on est à l’OM, on gère la pression. Quand on est là-dedans, on n’a pas le choix. Je ne suis resté qu’un an mais je m’y suis habitué. J’aurais pu y rester d’ailleurs plus longtemps même s’il y avait beaucoup de concurrence avec Hilton, Zubar, Givet ou Rodriguez. C’était une concurrence saine mais difficile. Mais des différends avec Pape Diouf et l’appel de Francis Gillot qui me proposait de jouer tous les matchs avec Sochaux ont fait que je suis parti de l’OM. On a fait trois belles saisons avec Sochaux, dont la dernière où on a fini européen.

A LIRE AUSSI >>  REVIVEZ - Le PSG s'impose à Lorient et file en finale de Coupe de France

Pourquoi ne pas être resté à Sochaux justement pour jouer la Coupe d’Europe ?
J’arrivais en fin de contrat et je voulais rester au club pour jouer l’Europe. Mais, pour être honnête, le président à l’époque m’a proposé un contrat à la baisse. Je n’ai pas compris le cheminement. Je n’étais pas content de la façon dont ça s’est fait. Et je n’étais pas le seul à être traité comme ça. Nicolas Maurice-Belay et Boukary Dramé ont vécu la même situation et sont aussi partis. On avait fait beaucoup pour le club et la façon d’agir des dirigeants ne nous a pas plu. C’est pour ça que je n’ai pas voulu rester à Sochaux, car le contrat proposé n’était pas à la hauteur des ambitions.

Aujourd’hui en Ligue 2, la situation sportive à Sochaux ressemble à celle de l’OM...
Je suis un peu triste de leur saison mais ils doivent assurer leur maintien le plus rapidement possible et pourquoi pas faire rêver tout un peuple en allant en finale de la Coupe de France. C’est un club mythique, j’espère qu’il se maintiendra au plus vite et qu’il se battra pour les premières places pour remonter la saison prochaine. Car Sochaux, comme Metz, n’a rien à faire en Ligue 2.

EN SAVOIR + >> OM : Michel, chronologie d'un fiasco

Avez-vous été surpris que Peugeot lâche le club ?
A l’époque où j’étais à Sochaux, on ne parlait pas du tout de vendre le club. Peugeot était en place, il y avait une cohérence dans le travail, dans la formation, notamment avec Francis Gillot. Je ne pense pas qu’ils souhaitaient vendre le club, on les sentait concernés, ils venaient nous voir dans les vestiaires après les matchs. Donc ça a été une surprise de voir Peugeot vendre le club.

Un pronostic pour cette demi-finale ?
Il y a moyen que Sochaux gagne ce match. Tous les éléments sont réunis pour qu’ils passent ce tour : Marseille n’est pas bien du tout, ils ont besoin de la Coupe de France pour avoir un titre, ça peut-être bénéfique pour les Sochaliens. Tout est possible, ils doivent jouer le match sans pression et j’espère que les jeunes se montreront. Sochaux est bien à Bonal, ils ont battu des clubs de Ligue 1 comme Nantes, c’est possible. 

A LIRE AUSSI >> Toute l'actualité sportive sur metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation à son plus haut niveau depuis fin novembre

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter