Affaire de la sextape : Manuel Valls ne veut plus de Karim Benzema en équipe de France

Affaire de la sextape : Manuel Valls ne veut plus de Karim Benzema en équipe de France

Football
DirectLCI
TACLE - Manuel Valls n'a pas mâché ses mots ce mardi matin au sujet de Karim Benzema. Pour le Premier ministre, l'attaquant du Real Madrid, mis en examen dans le cadre de l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, "n'a pas sa place" en équipe de France.

L'affaire de la sextape est devenue une affaire d'État. Jusqu'à présent, seuls Thierry Braillard, le secrétaire d'Etat aux Sports, et Patrick Kanner, son ministre de tutelle, s'étaient exprimés publiquement, ce dernier se disant favorable à la mise à l'écart des joueurs internationaux mis en examen. Mais cela a eu un poids tout relatif. Les déclarations de Manuel Valls, ce mardi matin sur Europe 1, pèseront beaucoup plus lourd, à la fois dans l'opinion et à la Fédération française de football (FFF), qui s'est constituée partie civile mais s'efforce de jouer la montre. Le Premier ministre, en effet, a pris position de manière à signifier à tous, de Didier Deschamps aux piliers de comptoir du café du commerce, qu'un point de non retour a déjà été atteint.

"Un grand sportif doit être exemplaire"

Pourtant, Karim Benzema, bien que mis en examen pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un délit", n'a, à ce jour, pas été condamné. Et demeure donc présumé innocent. Mais tant pis. S'exprimant d'abord comme "un supporter de l'équipe de France", le chef du gouvernement a rappelé que "tant de jeunes se reconnaissent dans les grands sportifs" et affirmé qu'"un grand sportif doit être exemplaire. S'il ne l'est pas, il n'a pas sa place en équipe de France". En prenant soin de ne jamais citer le nom de l'intéressé.

EN SAVOIR + >>  Manuel Valls à Berlin avec ses enfants : la mise en garde de François Hollande

"S'il y avait un ministre mis en examen, il ne serait plus au gouvernement. D'une certaine manière, c'est pareil, a insisté Manuel Valls. On porte le maillot bleu et les couleurs de la France... Quand on assume des responsabilités et qu'on incarne l'équipe de France, il faut être exemplaire." Un procès doit toutefois encore démontrer que, comme le pense Mathieu Valbuena lui-même , Karim Benzema a joué un rôle concret dans l'incitation à payer. De son côté, la FFF envisage simplement "la prise de toutes les mesures adaptées à la situation en fonction de l'évolution du dossier". C'est-à-dire qu'elle laissera la justice faire son travail avant d'éventuellement sanctionner le joueur. N'étant, elle, pas concernée par de prochaines élections.

EN SAVOIR + >> Benzema non sélectionnable ? Sarkozy rabroue Valls

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter