Affaire de la sextape : "On n'est pas au bout de nos surprises", lâche Hugo Lloris

Affaire de la sextape : "On n'est pas au bout de nos surprises", lâche Hugo Lloris

DirectLCI
FOOTBALL - Hugo Lloris, le gardien de but et capitaine de l'équipe de France, s'est exprimé pour la première fois au sujet de l'affaire de chantage présumé à la sextape impliquant ses deux coéquipiers en équipe de France, Karim Benzema et Mathieu Valbuena.

Lundi, à l'heure du déjeuner, Didier Deschamps s'est levé et a pris la parole devant ses joueurs. Un rituel du sélectionneur chaque jour de rassemblement de l'équipe de France. Sauf que cette fois, le ton était moins léger que d'habitude. "Pas de dérapage, vous n'évoquez pas cette affaire, le moindre mot de travers et ce sera la polémique", aurait, en substance, dit le coach à ses hommes, selon une confidence recueillie par RMC .

Mais, dans la soirée, son capitaine, Hugo Lloris, n'a pas suivi la consigne. Et on l'en remercie. Car si le gardien des Bleus n'a rien dit de compromettant sur les ondes de RTL , il a quand même évoqué l'absence de ses deux coéquipiers absents, Karim Benzema et Mathieu Valbuena, ainsi que le poids social relatif au statut de star du sport-roi.

EN SAVOIR + >> Chantage à la sextape : "Moi je vais t'arranger la sauce", aurait dit Benzema à Valbuena

"On est des joueurs de foot mais on est également des êtres humains. On a des familles, on a des amis et, forcément, une affaire comme ça touche encore plus la famille et l'homme que le joueur en lui-même et l'équipe de France. En dehors de son métier, le footballeur est une proie. La seule chose qui nous unit, c'est le ballon rond et le fait de porter le même maillot, de partager les mêmes valeurs mais en dehors du football, on a tous été élevés d'une façon différente, dans des milieux différents. C'est la beauté du football", embraye-t-il, dans une forme d'appel à la compréhension et au respect.

Mais comment penser au sport dans un tel contexte ? "Nous sommes concentrés sur la double confrontation (contre l'Allemagne vendredi et en Angleterre mardi prochain, ndlr) et je ne dis pas ça pour cacher quoi que ce soit. Je le dis honnêtement, le collectif et l'équipe de France, c'est plus important que tout, assure-t-il. On va dire qu'on vivrait mieux sans cette affaire, ça c'est sûr, mais on ne peut pas tout contrôler. On reste avant tout des joueurs de foot et l'essentiel, c'est de répondre présent sur le terrain. On est jugé là-dessus."

À LIRE AUSSI >>  Karim Benzema s'exprime pour la première fois depuis sa mise en examen

Reste que les commentaires au sujet de l'entourage des joueurs pleuvent désormais de toutes parts. "Vous savez, aujourd'hui, on n'est pas au bout de nos surprises. L'extra-sportif prend le dessus sur ce qui peut se passer sur le terrain. C'est regrettable et c'est dommage, comme dans tous les milieux où il y a de l'argent qui circule. La famille, c'est notre famille, on ne peut pas la changer, mais lorsque ce sont les amis, on peut avoir ce choix à faire... Mais c'est délicat de parler de choses que l'on ne maîtrise pas", pointe-t-il, dans une allusion à peine voilée à Karim Benzema.

Au sujet de l'absence de ses deux partenaires, le portier s'est dit "triste" et "surpris de les voir dans ce genre de situation". "On espère que la justice fera le travail et que la situation va s'apaiser autour de cette histoire, ajoute-t-il. On se prive de deux éléments majeurs de la sélection, et aussi de deux personnes attachantes. Malheureusement, on ne peut pas faire autrement." Comme tous les amoureux du foot, il a terriblement hâte que le terrain reprenne ses droits.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter