Anelka : l'affaire de la quenelle est-elle vraiment terminée ?

Anelka : l'affaire de la quenelle est-elle vraiment terminée ?

DirectLCI
POLEMIQUE – Plus de deux mois après sa quenelle très médiatique lors d'un match de Premier League, l'ancien attaquant des Bleus semble en avoir fini avec cette affaire. Ces derniers jours, on a appris que Nicolas Anelka ne ferait pas appel des sanctions auxquelles il a été condamné pour un geste pourtant jugé comme n'étant pas "une apologie d'antisémitisme".

Rien n'est vraiment tranché. Entre un Nicolas Anelka (34 ans) qui a toujours affirmé que sa quenelle effectuée pour fêter un but lors du match entre West Bromwich Albion et West Ham (le 28 décembre dernier) n'était qu'une "dédicace à Dieudonné" et la Fédération anglaise qui ne nie pas le caractère antisémite de ce geste mais n'y voit pas "d’apologie de l’antisémitisme", toute cette affaire reste encore confuse.

Pourtant, la polémique semble bien finie, puisque l'attaquant français a été condamné le 27 février dernier à 5 matches de suspension et 97 000 euros d'amende . Une sanction à laquelle l'ancien Parisien ne fera pas appel, a-t-on appris jeudi. Mais, la Fédération anglaise a tout de même reconnu que "la quenelle contient objectivement une connotation antisémite", un point qu'a toujours réfuté l'intéressé. Alors pourquoi accepter cette sanction ?

Anelka dépassé par la polémique

Sans doute parce que la quenelle d'Anelka a pris des proportions auxquelles le joueur ne s'attendait pas. Alors que la controverse autour du cas Diedonné n'en était qu'à ses prémisses, le soutient affiché par l'ancien buteur de l'équipe de France lui a donné un virage international - le Sunday Telegraph barrait une photo du joueur à sa Une d'un "Disgusting" ("Dégoûtant") tandis que le reste de la presse évoquait "un salut Nazi" - et transformé cette polémique en véritable affaire d'Etat.

Du ministère des Sports, à celui de l'Intérieur et même jusqu'à l'Elysée, le cas Anelka a été évoqué et condamné. Une soudaine médiatisation qui a surtout mis le feu aux poudres autour du débat sur la quenelle, sur le caractère antisémite de ce geste et, plus largement, sur "l'œuvre" de Dieudonné. Depuis, le comique est dans le viseur de la justice et le joueur, dont l'image était déjà sulfureuse depuis les événements de Knysna, est désormais persona non grata en Angleterre.

Une quenelle qui reste floue

Son club, West Brom, qui a déjà eu à subir la perte de son principal Zoopla (co-dirigé par l'homme d'affaires de confession juive) , n'exclut pas en effet d'infliger des sanctions supplémentaires à Anelka, qui a déjà promis de ne plus faire de quenelle. Au final bien conciliant, l'attaquant, qui disait "assumer totalement [son] geste", ne semble plus tellement tenir tant que ça à afficher son ralliement "anti-système".

Anelka, qui n'a plus tweeté depuis le 27 janvier dernier, ne s'est d'ailleurs pas ému des suites judiciaires qui ont ensuite concerné "[son] ami Dieudonné" .  Pas sûr que le footballeur ait eu pleinement conscience de la portée de sa quenelle, dont on ne sait plus vraiment pourquoi il l'a fait. Peut-être en dira-t-il plus une fois sa carrière terminée, sans doute en fin de saison...

Plus d'articles

Sur le même sujet