Entre esbroufe et provoc', un premier PSG-OM en dents de scie pour Mario Balotelli

Football

DÉFI - Incertain avant la rencontre, Mario Balotelli était finalement titulaire lors de la défaite de l'OM face au PSG (1-3) dimanche soir. Le buteur italien, mutique sur la pelouse du Parc des Princes, s'est signalé à sa façon en chambrant les supporters parisiens, encore sous le coup de leur élimination surprise en Ligue des champions.

On n'en attendait pas moins de lui. Pour son premier PSG-OM, Mario a fait du Balotelli. Devenu le nouveau "chouchou" du Vélodrome, sept semaines seulement après son arrivée sur la Canebière en provenance de Nice, "Balo" avait lancé les hostilités, en "vrai" Marseillais, une semaine avant le "Clasico" français. "Ce n'est pas une équipe très forte, mais il y a des joueurs très forts", avait-il osé, en référence au PSG, dans une interview à La Provence. "Pour moi, l'OM est le plus grand club de France". Bien décidé à joindre la parole aux actes, l'Italien a pourtant bien failli ne jamais fouler la pelouse du Parc des Princes dimanche soir. 

Longtemps incertain en raison d'une maladie l'obligeant à rester à Marseille samedi alors que ses coéquipiers prenaient l'avion pour rallier Paris, l'Italien a rejoint ses partenaires, à la dernière minute, dimanche après-midi. Arrivé à l'hôtel Molitor, où séjournaient les joueurs de l'OM, il a été examiné et a eu droit à un réveil musculaire. Après une sieste réparatrice, "Super Mario" a attendu les tout derniers instants pour être sûr de pouvoir tenir sa place face au PSG. 

Lire aussi

"Quand j'ai su qu'il pourrait jouer ? Après qu'il se soit reposé aujourd'hui (dimanche) et qu'il allait plutôt bien. Il était malade samedi, il ne pouvait pas voyager. Il y avait aussi un problème de contamination pour les autres. Je sais que ça a fait beaucoup parler, mais on ne voulait pas donner d'information pour ne pas avoir à mentir", a expliqué son coach Rudi Garcia.

Balotelli chambre le Parc

Loin d'être à 100% de ses capacités, Mario Balotelli n'a pas réussi à trouver le chemin des filets et l'OM a fini par s'incliner (3-1). Titularisé en attaque au côté de Valère Germain, il s'est très vite signalé en décochant la première frappe cadrée du match, bien captée par Alphonse Areola (2e). Mais, ceinturé par Marquinhos, parfois à la limite de la légalité, le buteur italien s'est agacé, esseulé, trop peu ou mal servi par ses coéquipiers. Suite à l'expulsion de Steve Mandanda (62e), il a été rappelé sur le banc par le coach marseillais pour permettre à Pelé d'entrer en jeu. Invectivé et sifflé par le public du Parc au moment de sortir, l'ancien Niçois a alors joué une nouvelle fois la carte de la provoc'. Il est sorti du terrain en marchant, le buste droit, défiant du regard la tribune Auteuil, celle où est parqué le Collectif Ultras Paris (CUP), en montrant du doigt l'étoile de champion d'Europe surmontant l'écusson de l'équipe phocéenne.

Après le coup de sifflet final, scellant la (nouvelle) défaite olympienne à Paris, "Balo" en a remis une couche. Fier de lui, le Transalpin a fanfaronné sur Instagram en postant la photo de sa provocation. Le tout accompagné d'un message d'excuses à l'attention des supporters marseillais : "On gagne ensemble et on perd ensemble ! Pardon aux supporters pour ce match, mais nous sommes forts et ce n'est pas un match perdu qui va nous tuer. Allez l'OM !", a-t-il écrit sur le réseau social. Et de conclure par "Et oubliez pas..." avec l'émoticône d'une étoile, symbole de la Ligue des champions remportée par les Marseillais en 1993.

Balotelli aurait-il pu aller plus loin dans la provocation ? Habitué à soigner ses célébrations, "Super Mario" avait selon plusieurs journalistes de Canal+ et de L'Équipe prévu de faire frapper fort s'il marquait à Paris. Après le selfie, puis le pierre-feuille-ciseau, il avait l'intention de montrer aux supporters parisiens une photo (ou un masque) de Marcus Rashford, bourreau mancunien du club de la capitale en Ligue des champions. Une information démentie lundi matin par le principal intéressé dans une story Instagram. "Ce sont des conneries. Arrêtez de créer des fake news sur moi", a-t-il lancé, manifestement en colère. 

À défaut d'une énième provocation, "Balo" a encore une fois prouvé son amour pour le maillot bleu et blanc. De quoi s'attacher un peu plus le respect et l'amour des supporters marseillais. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter