Argent, filles et football : les confidences de Loïc Rémy

Argent, filles et football : les confidences de Loïc Rémy

Football
DirectLCI
INTERVIEW - Dans un entretien publié mardi par France Football, l'attaquant tricolore se livre comme jamais. Loïc Rémy y évoque, ses ambitions, son parcours et surtout, il revient sur la présumée affaire de viol pour laquelle il vient d'être innoncenté.

Le silence est rompu. Très discret dans les médias depuis son départ de l'OM pour l'Angleterre, en janvier 2013, et surtout depuis l'affaire de viol présumé qui avait éclaté au printemps dernier, Loïc Rémy s'exprime pour la première sur cet épisode pour lequel il n'a pas été poursuivi, faute de charges. Dans le France Football de mardi, l'attaquant prolifique de Newcastle (13 buts cette saison) revient sur cette période difficile, l'argent qui gangrène le football, son départ de l'OM et ses ambitions. Extraits.

L'interpellation
"Quand tu es réveillé à 5 heures du matin par sept ou huit mecs de la police et qu'ils te disent que tu es arrêté, mis en détention provisoire, là, tu as l'impression que le rêve tourne au cauchemar. J'ai pas compris ce qui m'arrivait."

L'affaire
"Ce sont surtout mes proches qui ont souffert de la situation [...]. Quand mon agent m'a dit : 'Ecoute, j'ai eu l'avocat, il n'y a rien, pas de charges, pas de poursuites', ma mère a pleuré direct. Moi, je n'ai pas été si ému que ça, je savais qu'il n'y aurait rien  [...]. Cette histoire m'a fortifié, fait grandir dans la tête. Les médias m'ont assassiné. Il n'y a pas de cadeau dans ce métier."

"L'argent, c'est aussi un poison"

L'argent
"Dans le milieu du foot, les filles essayent de vous faire plonger et de tirer le maximum [...]. Quand tu es footballeur, célibataire, et que tu as envie de t'amuser, tu peux avoir les filles que tu veux, que tu sois mignon, laid, gros, petit. C'est incroyable le pouvoir de l'argent aujourd'hui [...]. L’argent, c’est une source de bonheur, mais c’est aussi un poison. On en a besoin mais c’est destructeur. Et dur à gérer. Tu ne sais même plus qui est qui."

L'OM
"La période où j'ai le plus déconné dans ma carrière, c'est après l'Euro 2012. En reprenant l'entraînement en juillet avec l'OM, les dirigeants me reprochaient de ne pas avoir été professionnel [durant la trêve, ndlr]. Ensuite, ils m'ont reproché d'être à nouveau blessé [...]. Mais la manière dont l'OM m'a vendu, je n'en ai jamais trop parlé [...]. José Anigo m'a dit : 'On a trouvé un accord avec Newcastle. Tu pars demain matin.' Mais, moi, je n'avais pas donné mon accord."

"J'ai une marge de progression assez énorme"

La Coupe du monde
"Pas le choix, il faut que j'y aille. J'ai été privé de l'Euro 2012 pour une blessure à la cuisse contractée peu de temps avant avec l'OM. Ç'avait été la descente aux enfers pour moi [...]. Je dois continuer à être bon, à marquer. Il y a une place à prendre. Je ferai tout pour y être [...]. Je connais mes qualités, le sélectionneur aussi."

Sa carrière
"Il y a des choses qui ont freiné ma carrière [...]. [Sans ça], je ferais partie du top 5 européen ou je ferais partie d'un très gros club [...]. Je peux être encore bien meilleur, j'ai une marge de progression assez énorme [...]. S'il y a quelque chose dont je n'ai pas peur dans le foot, c'est de la concurrence."

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter