Arsenal en crise : le silence d'Arsène

Arsenal en crise : le silence d'Arsène

DirectLCI
PREMIER LEAGUE – Depuis l'humiliation du 6-0 infligé par Chelsea aux Gunners dimanche, le technicien français et le club sont plongés dans un black-out médiatique. Un mutisme suspect pour la presse anglaise qui annonce un départ d'Arsène Wenger en fin de saison. Pas vraiment le climat idéal pour se relancer alors qu'Arsenal reçoit Swansea mardi soir.

Le symbole est terrible. Pour fêter son 1 000e match à la tête d'Arsenal dimanche, Arsène Wenger a quitté Stamford Bridge humilié par le cinglant 6-0 infligé par le Chelsea de José Mourinho . Depuis, l'entraîneur français, à Londres depuis 1996, est plongé dans un silence troublant, tout comme son club qui est condamné au black-out médiatique jusqu'à la réception de Swansea mardi soir.

Ce n'est pourtant pas la première fois que les Gunners prennent un claque cette saison (le 6-3 face à Manchester City en décembre ou le 5-1 contre Liverpool en février), mais jamais ils n'avaient réagi de la sorte. Même les joueurs ont été interdits de s'exprimer sur les réseaux sociaux ! Preuve qu'Arsenal traverse une crise importante.

Le modèle Wenger atteint une nouvelle fois ses limites

Sportive, même si Arsenal est toujours 4e de Premier League à six points du leader Chelsea, mais surtout identitaire tant le modèle de la politique menée par Wenger semble atteindre une nouvelle fois ses limites : pas le moindre titre depuis 8 ans et surtout une comparaison avec les autres gros du Championnat que ne semble plus tenir Arsenal.

Dans ce contexte, la prolongation de contrat du technicien français, dont le bail se termine en juin prochain, traînant en longueur alimente les rumeurs d'un départ en fin de saison. Lundi, The Sun annonçait que "Wenger pourrait quitter Arsenal" tandis que Sky Sport relate que le coach "a été très touché par cette défaite le jour de 'son anniversaire' ".

Une sale journée, donc, que l'Alsacien se verrait bien oublier en relançant son équipe face à Swansea mardi soir. Un adversaire face auquel Arsenal n'a plus perdu depuis le 1er décembre 2012 et une défaite 2-0 à l'Emirates. Un scénario qui, s'il se reproduisait, gâcherait cette fois-ci définitivement la fête.

Plus d'articles

Sur le même sujet