AS Monaco : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de présentation de Thierry Henry

Football
DirectLCI
TITI - Quatre jours après sa nomination, le nouvel entraîneur de l'AS Monaco Thierry Henry s'est exprimé pour la première fois devant les journalistes ce mercredi. Heureux de revenir dans son club formateur, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 buts) a fortement insisté sur la notion de travail pour sortir le club monégasque de la crise.

"Je suis de retour où tout a commencé. (...) Je suis un 'petit' du centre de formation, maintenant le 'petit' a bien grandi." Quatre jours après sa nomination au poste d'entraîneur de l'AS Monaco en remplacement de Leonardo Jardim, arrivé en 2014, Thierry Henry s'est exprimé pour la première fois devant la presse ce mercredi, lors de sa présentation officielle au Yatch club de Monaco. "Monaco s'est présenté comme une évidence et comme un choix de cœur", déclare dès les premières minutes de la conférence de presse le champion du monde 1998, très heureux de revenir dans son club formateur.


"Depuis 1993, il n’y a plus de nattes, plus de cheveux, plus de vitesse. C’est dur, dur (rires)", s'amuse-t-il avant de très vite poser les bases de son objectif sur le Rocher : "J’aime rigoler mais quand on travaille, on travaille. Il y aura beaucoup d’intensité et de travail. (...) Le premier objectif c'est Strasbourg (ndlr : le prochain match de Monaco). Il va falloir retrouver une certaine sécurité. L'équipe a besoin de sécurité et de sérénité."

Le beau jeu "à la Nantaise" comme référence

S'il n'a pas voulu divulguer quel style de jeu il adoptera à la tête de l'ASM, se disant fan de "la philosophie de l'adaptation", la légende d'Arsenal a rendu une hommage à une certaine idée du football : "L’école nantaise m'a inspiré. Particulièrement Suaudeau et Denoueix. Ils ont inventé le jeu de transition. L'équipe de 95 est une des plus grandes. C'est mon inspiration en France." De quoi espérer un jeu porté vers l'avant dans les prochains mois.


Concernant son prédécesseur Leonardo Jardim, "TH14" a indiqué ne pas s'être entretenu avec lui avant de prendre sa place, avant de saluer le travail effectué par le Portugais : "Il restera dans l’histoire de l’AS Monaco. Merci pour ce qu’il a fait." 


A quelques jours de son premier match en tant qu'entraîneur en première division, Thierry Henry affirme ne pas ressentir de stress particulier : "Je n'ai pas de stress. Il y a un travail énorme à effectuer, il y a toujours cette petite flamme mais pas de stress, vraiment pas de stress. (...) La course est longue, il y a encore beaucoup de points à prendre et à perdre."

Deschamps et Zidane, les exemples à suivre

Interrogé sur l'importance de sa carrière tant en club qu'en sélection pour son nouveau rôle, Henry concède qu'avoir connu tant de succès peut aider à mener son équipe au succès : "Personnellement, je pense qu’avoir été un grand joueur, avoir eu une grande carrière, cela aide."


Quatrième champion du monde de la cuvée 1998 à prendre les rênes d'une équipe de Ligue 1 après Laurent Blanc, Didier Deschamps et Patrick Vieira, le coach de 41 ans voit ses aînés comme des exemples à suivre : "Je vais essayer de gagner comme eux. Ce sont deux personnes que j'admire beaucoup. Avant on parlait de foot foot, maintenant on parle de coach coach. Chacun a ses idées, sa façon de travailler, mais c'est sûr que ça reste un exemple pour tout le monde, surtout nous les Français."

Le travail pour mot d'ordre

Malgré des rapports de temps à autre compliqués avec la France, Henry semble heureux d'y revenir : "Ce n'est pas un problème, j'ai fait le deuil de ma carrière en tant que joueur. C'est fini tout ça. Je suis là en tant que coach. Aucun problème, je ne suis plus joueur, c'est fini." 


A plusieurs reprises lors de la conférence de presse, l'ancien Gunner a bien insisté sur la notion de travail : "Les résultats sont pour moi la conséquence de ce qui est fait avant, à savoir, si on travaille bien, tout suivra. La clé, c’est la patience." Reste à savoir si le discours a été entendu par les dirigeants monégasques, alors que leur formation est engluée à une inquiétante 18e place en Ligue 1.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter