ASSE-OL (1-0) : entre cierges et gros sous, les deux entraîneurs jouent la prolongation du derby

ASSE-OL (1-0) : entre cierges et gros sous, les deux entraîneurs jouent la prolongation du derby

Football
DirectLCI
LIGUE 1 - À l'issue du derby remporté (1-0) dimanche soir par l'AS Saint-Étienne face à Olympique lyonnais, le coach stéphanois, Christophe Galtier, et son homologue rhodanien, Bruno Genesio, se sont livrés à une sympathique joute verbale par conférences de presse interposées.

C'est vieux comme le foot : une équipe qui domine largement les débats, rate des occasions à la pelle et finit par prendre un but sur une erreur défensive. Contre le cours du jeu, comme on dit. On peut crier à l'injustice mais, au final, le fait que le plus fort ne l'emporte pas toujours, c'est ce qui fait tout le charme un peu canaille du sport-roi. Ça, et les petites phrases assassines pour exprimer son aigreur après la rencontre. On a eu droit aux deux dimanche soir, pendant et en marge du fameux derby entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique lyonnais, remporté (1-0) par les Verts.

On peut y voir un réalisme froid. Mais, évidemment, dans ce contexte, Bruno Genesio, l'entraîneur lyonnais, a préféré parler de chance, avec une référence locale de bon aloi pour essayer de faire sourire des supporters lyonnais dépités. "Si les Stéphanois sont allés à Fourvière brûler des cierges, ça leur a réussi", a-t-il lâché, faisant référence aux 20 tirs à 8 en faveur de son équipe durant le match.

REVIVEZ >> La victoire très chanceuse des Verts face à l'OL

Perfide, un journaliste a ensuite demandé à Christophe Galtier, le coach des Verts, s'il avait effectivement dû bruler des cierges à Fourvière pour gagner le match. Réponse : "On est interdit de déplacement à Lyon (sic). On n’est donc pas allés les brûler là. On les a brûlés ailleurs. Ça nous a réussi. Bruno a aussi déclaré que nous avions eu beaucoup de réussite. C’est vrai. Et que Lyon était supérieur. C’est vrai. Quand on a trois fois le budget de l’adversaire et des joueurs à 500 000 euros de salaire sur le terrain, heureusement qu’on est supérieur. Il a fallu beaucoup de courage et d’abnégation pour battre à cet adversaire qui nous est supérieur." Bisque bisque rage, la Sainte-Trinité.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter