ASSE-OM (1-1) : le hold-up manqué des Marseillais

ASSE-OM (1-1) : le hold-up manqué des Marseillais

Football
DirectLCI
LIGUE 1 - Grâce à un coup de tête de Brandao dans le temps additionnel, Saint-Etienne a arraché un point sur son terrain contre Marseille (1-1) ce dimanche. Un résultat qui n'arrange aucune des deux équipes alors que Lille avait concédé le nul à Evian dans l'après-midi.

"Je tiens compte de se qui se passe en face avant de faire mes choix", lâchait José Anigo, samedi, tandis qu'on l'interrogeait sur ses options tactiques. Pourtant, ce dimanche soir, le dispositif choisi par l'entraîneur de l'OM, un 3-5-2 où l'ailier Payet se retrouvait milieu relayeur, n'avait pas de sens et aurait logiquement dû causer la perte de son équipe, opposée à un milieu adverse très fourni. Sauf que Marseille a décroché un bon nul (1-1) à Saint-Étienne, au terme d'un match que les Verts ont contrôlé de bout en bout.

C'est précisément ce qui fait le charme un peu canaille du football : parfois, les résultats ne répondent à aucune logique. En première période, les Phocéens ont même pris l'eau de toutes parts, ne devant de rentrer aux vestiaires sur un 0-0 qu'à la maladresse stéphanoise en attaque. Avant de revenir sur le champ de patates faisant office de pelouse, Valbuena lâchait cette petite phrase qui en disait très long : "On a du mal à communiquer entre nous sur le terrain, c'est un système de jeu qu'on découvre." Comme si la mise en place d'un 3-5-2 pouvait s'improviser en trois séances d'entraînement, sans avoir les joueurs pour...

Durant le second acte, Saint-Étienne reprend donc son travail de sape dans l'espoir de trouver un espace dans le dos des défenseurs marseillais. Et l'improbable survient à la 64e minute, comme souvent sur un coup de pied arrêté : depuis l'aile gauche, Payet distille un coup franc parfait pour trouver Nkoulou, libre de tout marquage au deuxième poteau, et dont la reprise du droit ne laisse aucune chance à Ruffier. C'est grâce à une improbable tête de Brandao à la 92e que les Verts échappent finalement à une défaite des plus cruelles. Pour une joie qui s'annonce donc de courte durée...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter