Au lieu de remplir son rôle d'ambassadeur du Barça, Ronaldinho préfère aller... à la plage

Au lieu de remplir son rôle d'ambassadeur du Barça, Ronaldinho préfère aller... à la plage

GÉNIE - Joueur fantastique et fantasque, le Brésilien, qui a fait les beaux jours de Barcelone il y a quelques années, n'était par contre pas réputé pour son sérieux. Et visiblement, Ronaldinho n'a pas changé.

À s'attendaient-ils ? En nommant récemment Ronaldinho (36 ans et actuellement libre de tout contrat) ambassadeur du club, le Barça voulait évidemment rendre hommage au Ballon d'or 2005, qui lui a permis, entre 2003 et 2008, de redevenir une des meilleures équipes au monde. Mais en faisant ce choix, les dirigeants blaugrana savaient qu'ils offraient ce titre à joueur capable, la plupart du temps, d'enchaîner les matches exceptionnels avec des soirées mémorables, dont le monde de la nuit barcelonais se souvient encore. 

Pendant ce temps-là, il poste une photo de lui en maillot de bain...

Bref, le sérieux, ce n’était quand même pas trop son truc à Ronnie. Et à en croire la presse espagnole ce lundi, les choses n'ont pas trop changé pour le Brésilien... 

Car attendu au Camp Nou samedi après-midi pour assister à la rencontre de championnat entre le FCB et le Deportivo La Corogne (victoire 4-0), l'ancien Parisien a préféré aller à la plage ! Pire, Ronaldinho a même posté sur son compte Twitter une photo de lui en maillot de bain et posant, tout sourire, à côté d'un enfant sur le sable de Castelldefels, une station balnéaire situé à 30 minute du stade... On ne se refait pas.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

    AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

    Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

    Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

    "60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

    Lire et commenter