N'Golo Kanté, le "chouchou" des Français : "Je reste comme je suis"

Football
DirectLCI
HUMILITÉ - Mascotte des Bleus et de leurs supporters depuis la victoire en Coupe du monde l'été dernier, N'Golo Kanté n'est pas du genre à parler de lui. Le milieu de l'équipe de France, présent en conférence de presse ce dimanche, s'est livré sur les marques d'affection qu'il reçoit au quotidien, sans toutefois laisser la carapace se fissurer.

"Il est petit, il est gentil, il a bouffé Léo Messi, bientôt sur les Champs-Elysées, N'Golo Kanté." À moins d'avoir passé l'été dans une grotte ou sur une île déserte, impossible d'avoir échappé à la chanson des Bleus dédiée à leur mascotte, N'Golo Kanté, sur l'air des "Champs-Élysées" de Joe Dassin. Grand artisan du succès de l'équipe de France en Russie, le milieu de Chelsea a vu sa cote de popularité grimper en flèche auprès des supporters tricolores. Une notoriété soudaine qui lui vaut aujourd'hui le statut incontesté de "chouchou" des Français. 


Pourtant, "chouchou", il ne cherche pas vraiment à l'être. Sous la lumière des projecteurs malgré lui, l'ancien Caennais aime peu parler de lui et ne court pas au-devant des caméras. Insaisissable dans l'intimité comme sur le terrain, le timide joueur de 27 ans, révélé sur le tard à Leicester avant de s'envoler à Chelsea, cultive un étonnant paradoxe, à savoir être d'un pion essentiel du système Deschamps et vivre un peu en marge des Bleus. Finalement, ce sont sa discrétion et sa simplicité qui en font un personnage attachant, plébiscité par le public tricolore. 

Rare dans les médias, N'Golo Kanté s'est présenté ce dimanche 14 octobre devant les journalistes, à deux jours de la rencontre contre l'Allemagne, mardi (20h45) au Stade de France, à l'occasion de la troisième journée de la Ligue des nations. Connu pour être particulièrement timide, le milieu de terrain s'était retrouvé au centre de l'attention, acclamé et fêté dans une enceinte en fusion après la victoire des Bleus contre les Pays-Bas (2-1), premier match joué sur le sol français depuis leur sacre estival en Russie.

"Je ne me sens pas comme le chouchou"

L'occasion pour lui, l'homme de l'ombre, d'évoquer le changement de perception à son égard. Et là encore, pas d'effusion de joie, c'est avec retenue et humilité qu'il analyse la situation. "Je reçois pas mal de sympathie et de compliments de la part des supporters. Après je ne me sens pas particulièrement comme le chouchou. J'apprécie cette sympathie mais je prends du recul. Au final, je reste un joueur, je ne vais pas changer leurs vies", a-t-il raconté. "Peut-être que ces marques de sympathie sont dues à mon parcours, à ma personnalité. Je reste comme je suis."


Des marques d'affection qui ne lui font donc pas tourner la tête. À l'image de cette soirée improvisée avec des fans à Londres, où il a mangé du riz et joué à FIFA. "C'est vrai que j'ai été invité par une famille. J'ai répondu à l'invitation et on a passé un bon moment ensemble", a poursuivi "NG". "Je suis toujours le même joueur avec le même état d'esprit et la volonté de progresser et de bien faire. C'est le regard des gens qui a peut-être changé. Ils me connaissent un peu plus, on a plus de réactions par rapport aux gens qu'on croise dans les rues." Le tout dans un sourire, ce sourire humble et posé, qui a fait fondre les Français l'été dernier.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter