Ligue des champions : pour battre Manchester City, l’OL s’en remet… à Jean-Michel Aulas

Football
DirectLCI
FOOTBALL - L’Olympique lyonnais, actuellement en pleine crise sportive, débute ce mercredi soir sa campagne de Ligue des champions par un périlleux déplacement chez Manchester City. Le président Jean-Michel Aulas sera de la partie.

On avait presque fini par oublier Jean-Michel Aulas. Quelques piques à l’OM ou au PSG de ci, de là, quelques tweets ces derniers mois, mais aucune intimidation d’arbitre, aucune attaque ad hominem qui ont fait la légende du président lyonnais. Lequel est toutefois sorti de cette discrétion de façade il y a une dizaine de jours et, depuis, n’en finit plus de monter au front médiatique, un coup pour défendre son entraîneur, Bruno Genesio, et ses joueurs, un coup pour leur mettre la pression... 


Il faut dire que l’OL, après sa défaite à domicile contre Nice (0-1) puis un nul (2-2) à Caen (à onze contre dix), traverse une véritable crise sportive (2 victoires en 5 matchs de L1). Et se rend, dans ce contexte de haute tension, à Manchester, pour y affronter l’impressionnant City de Pep Guardiola ce mercredi soir en Ligue des champions.

Quand il y a des moments difficiles, c’est là où Jean-Michel Aulas est le plus fort.Gérard Houiller, conseiller du président de l'OL

Jean-Michel Aulas est lui-même du voyage. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour eux, pour lui, ça veut dire beaucoup. "Je pars avec le groupe, pas le jour du match, comme d’habitude, mais la veille", confiait-il mardi à L’Équipe. "Je laisse ma voiture au centre d’entraînement, je prendrai le car avec tout le monde, l’avion... Je vais vivre 100% du temps avec eux, avec les joueurs, avec Bruno (Genesio, l’entraîneur). De la première à la dernière minute. Ce sera magnifique." Même si son équipe s’incline lourdement ? "Oui, je me fous du résultat à City", a-t-il affirmé, pour atténuer la pression environnante.

Le président ne s’immiscera toutefois pas dans l’intimité de l’hôtel ou du vestiaire simplement pour faire acte de présence. "Jean-Michel Aulas a beaucoup d’expérience. C’est quelqu’un qui donne l’impression d’être froid de l’extérieur mais en réalité, il est très humain, très chaleureux. Quand il y a des moments difficiles, c’est là où il est le plus fort. Car il sait trouver les mots pour relancer la dynamique de son équipe. Après la défaite contre Moscou l’année dernière, tous les joueurs m’ont dit que Jean-Michel Aulas avait été formidable et avait trouvé les mots. Il est excellent dans ces moments difficiles", révélait Gérard Houiller, coach de l’OL de 2005 à 2007, aujourd’hui "conseiller extérieur" du dirigeant lyonnais, mardi dans L’Équipe du soir.

C’est le moment ou jamais de montrer que tu as du charisme.Jean-Michel Aulas à son entraîneur, Bruno Genesio

Mais plus que les joueurs, c’est surtout l’entraîneur, Bruno Genesio qui, en l’occurrence, sera l’objet de toute l’attention présidentielle. "Les joueurs vont réagir, dans le contenu et l’attitude, je le sais. Alors j’ai dit à Bruno : 'C’est le moment ou jamais de montrer que ce n’est pas vrai ce qui se dit, que tu sais gérer les périodes d’après ou d’avant crise et que tu as du charisme'." Une déclaration pile à mi-chemin entre le soutien et l'ultimatum. Une marque de fabrique.

L’intéressé, du reste, ne le vit pas mal, bien au contraire. "J’ai la chance, comme le club et les supporters, d’avoir un président comme Jean-Michel Aulas, il faut en être conscient, c’est quelqu’un animé d’une grande force de caractère et qui le démontre dans les bons moments, mais plus encore dans les moments difficiles, ce qui n’est pas le cas de tout le monde, a insisté le coach mardi en conférence de presse. C’est simplement sa manière à lui de montrer qu’il est avec nous, dans l’équipe, qu’on est tous dans le même bateau, et de participer à l’aventure. Il amène sa présence, sa force de caractère et sa solidarité. Et c’est certainement pour ça que depuis vingt-deux ans on est qualifiés pour la Coupe d’Europe."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter