Manchester United-PSG : ce que la victoire de Lyon face à Paris a appris à Solskjaer, le coach des Red Devils

Football
DirectLCI
RÉVÉLATEUR - Alors que le choc face à Manchester United en Ligue des champions approche à grands pas, le PSG s'est incliné pour la première fois de la saison en championnat, butant sur une très belle formation de l'Olympique Lyonnais (2-1). Présent dans les travées du Groupama Stadium, le coach mancunien Ole Gunnar Solskjaer n'en a pas loupé une miette.

A dix jours du match le plus important de sa saison, face à Manchester United, le Paris Saint-Germain a choisi le pire moment pour faiblir et connaître son premier revers en Ligue 1 lors de l’exercice 2018-2019. Après un parcours proche de la perfection avec 18 victoires et deux matchs nuls en 20 rencontres, les hommes de Thomas Tuchel sont tombés sur la pelouse du Groupama Stadium contre l’Olympique Lyonnais (2-1). Le tout, sous les yeux d’un certain Ole Gunnar Solskjaer, le coach des Red Devils depuis maintenant un mois et demi.


Présent dans les tribunes du stade de l’OL, le Norvégien a pu constater les grandes forces du PSG, mais aussi ses multiples faiblesses, notamment défensives. Face au club parisien, l’Olympique Lyonnais a dans un premier temps subi la foudre offensive des Rouge et Bleu, encaissant l’ouverture du score en tout début de match par Angel di Maria (7’), idéalement servi sur le côté gauche de la surface par Julian Draxler. 

Une entame à toute vitesse...

Une entame tonitruante des Parisiens qui ne va finalement durer qu’une vingtaine de minutes, ces derniers relâchant l’étreinte et laissant petit à petit le cuir à des Lyonnais plus entreprenants. Résultat : à la 33e minute de jeu, la sanction tombe avec une égalisation logique de la tête de Moussa Dembélé… formé au Paris Saint-Germain (33’).


Si le trio Di Maria-Draxler-Marquinhos a pendant une longue période bien maîtrisé le duo Ndombele-Aouar, provoquant notamment des pertes de balle au rond central, l’absence du meneur de jeu star de l’équipe, Neymar Jr, s’est clairement fait sentir, avec un manque de liant entre ces trois joueurs et la doublette Mbappé-Cavani. Tout comme celle de Marco Verratti, toujours blessé et qui apporte habituellement une hargne dans les duels et sa science de la passe.

... avant un surprenant relâchement

Sans ses deux cracks, le PSG a laissé énormément d’espaces entre son milieu et sa défense, faisant la part belle à Nabil Fekir, friand de ce type de situations entre les lignes. De plus, alors qu’il s’agit habituellement d’une de ses forces, le quatuor défensif a affiché un visage inquiétant, encaissant pas moins de 14 tirs dont 10 cadrés, sans compter les 21 centres venus des deux ailes.


Au retour des vestiaires, le PSG a concédé un nouveau penalty avec un accrochage dans la surface de Thiago Silva sur Moussa Dembélé. Le 11e penalty sifflé contre Paris depuis le début de la saison, son pire total sur une saison depuis quatre ans, transformé par le capitaine Nabil Fekir (49’). Sur toute la seconde période, et malgré une possession de balle largement en sa faveur (63%), le champion de France en titre va être incapable de faire la différence pour revenir à hauteur et arracher le match nul.

Solskjaer doit être content de ce qu’il a vuThiago Silva

Après la rencontre, le capitaine Thiago Silva n’a pas mâché ses mots concernant la performance d’ensemble des Parisiens, et la sienne : "Solskjaer doit être content de ce qu’il a vu. Nous avons bien commencé le match mais, ensuite, on a manqué de concentration et nous n’avons pas fait une bonne première période. Pour moi aussi, c’était difficile. La deuxième période a été meilleure mais cela n’a pas suffi. Il nous a manqué beaucoup de choses. Nous devons être plus concentrés quand nous n’avons pas le ballon par exemple."


L'entraîneur du PSG Thomas Tuchel, a lui déploré l'absence de Neymar et Verratti, tout en maintenant sa confiance au groupe : "Les joueurs manquent, c'est clair. On n'a pas de deuxième Neymar, on n'a pas de deuxième Verratti. J'ai confiance en mon équipe et dans les joueurs disponibles. Il y a des choses à améliorer, mais aussi beaucoup choses qui sont très bien. C'est compliqué, oui, de jouer sans Neymar. Il faut accepter. L'an dernier, il a aussi été blessé et il serait bien de ne pas refaire les mêmes erreurs, sinon cela voudrait dire que l'on n'a rien appris." 

Pour rappel, le PSG avait chuté l'an dernier dès les 8e de finale de C1, face au Real Madrid (3-1, 1-2). À Mbappé, Cavani & Co de prendre leurs responsabilités et montrer un tout autre visage. Sous peine de vivre une nouvelle désillusion le 12 février prochain à Old Trafford.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter