Avant PSG-OM, Laurent Blanc a-t-il raison de charger sa défense ?

Avant PSG-OM, Laurent Blanc a-t-il raison de charger sa défense ?

Football
DirectLCI
CLASICO - Six jours nous séparent du PSG-OM de dimanche, confrontation qui continue de susciter bien des attentes. Ce lundi, focus sur les largesses défensives parisiennes.

C'est ce qui singularise les sports collectifs : un score ne reflète pas toujours la physionomie d'un match. Ainsi, la victoire du PSG à Toulouse dimanche a été bien plus laborieuse que ce que pouvait laisser penser le tableau d'affichage (2-4). La faute à de nombreuses erreurs défensives parisiennes incluant des relances plein axe et des interventions approximatives. Le cas de Thiago Motta qui, après avoir frôlé le rouge, a offert d'une passe involontaire un deuxième but à Wissam Ben Yedder est, à ce titre, un exemple assez parlant. À désormais six jours du toujours très attendu Clasico face à l'OM, force est donc de constater que le champion de France a encore du mal à rester solide.

Car le problème ne date pas d'hier : depuis début décembre, Paris a encaissé 20 buts en 19 matches, soit plus d'un par rencontre. "Actuellement, on pense trop à ce qu'on doit faire quand on a le ballon et on oublie ce qu'on doit faire sans. On ne va pas au duel et on est puni", déplorait l'entraîneur, Laurent Blanc, mi-janvier, quand on lui faisait remarquer que Paris venait de prendre trois pions en deux matches face au 15e de L2 (Brest) et au dernier de L1 (Ajaccio). Puis d'expliquer : "La fatigue et le manque de rythme après la reprise font qu'on a un peu en retard à l'allumage. Ça va se régler avec l'enchaînement des matches."

Du "laisser-aller" en Ligue 1 ?

Sauf qu'un mois plus tôt, le constat était déjà le même. Et qu'un mois plus tard, rebelote, ou presque. "Défensivement, sur les deux buts qu’on prend, il y a des choses à dire tout de même... Il faudra se souvenir qu’on a remis deux fois l’équipe de Toulouse dans ce match-là et que ça aurait pu nous coûter très cher. Quand il y a une victoire, on est plus satisfait que le contraire, mais on essaye d’analyser le match et on n'efface jamais rien", a encore mitraillé le coach dimanche, au micro de BeIN Sports, se gardant toutefois bien de révéler publiquement ce qui cloche selon lui.

Récemment, metronews avait sollicité Patrick Colleter pour obtenir une explication à ces largesses défensives. "Il y a un peu de laisser-aller, dû au fait qu'ils remportent leurs matches assez facilement. Ils prennent des buts sur des sautes de concentration. Ils redeviendront naturellement plus rigoureux quand les échéances importantes arriveront", estimait le défenseur historique du PSG, sans savoir que l'équipe n'encaisserait effectivement pas de but à Leverkusen (0-4) mardi dernier . En Europe (lesdites "échéances importantes"), il faut ainsi noter que Paris a seulement encaissé cinq buts en sept matches cette saison, ce qui corrobore ce point de vue.

"La défense, c'est le travail de toute l'équipe"

Il n'y a donc pas péril en la demeure, loin de là. Un coup d'oeil chez nos voisins du Vieux Continent permet de s'en rendre compte : avec 18 pions concédés en 26 rencontres de L1, le club francilien fait mieux que Chelsea (leader et meilleure défense de Premier League avec 21 buts encaissés en 27 matches), que la Juve (19 buts encaissés en 25 matches) ou que les deux mastodontes de la Liga (24 buts encaissés en 25 matches pour le Real Madrid, 20 buts encaissés en 25 matches pour le Barça). Seuls le Bayern (9 buts en 22 matches) et la Roma (11 buts en 24 matches) sont en fait plus solides.

"Il ne faut pas non plus oublier que la défense, c'est le travail de toute l'équipe, y compris les attaquants, insistait enfin Colleter. Quand les milieux font moins d'efforts, les défenseurs souffrent. Et puis, tout le monde a envie de participer au jeu, ce qui libère des espaces pour d'adversaire. Laurent Blanc demande à ses joueurs de monopoliser le ballon et d'évoluer haut sur le terrain. Ils prennent certains buts à cause de ça." À cause de lui ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter